Ascension du M’goun: L’Eden des randonneurs

MGO12...B

Par : Abdallah Hanbali

Alliant sport et santé, amitié et aventure, tourisme et loisir, dépassement de soi et  découvertes, l’ascension du M’GOUN est une beauté à   couper le souffle. C’est le lieu indiqué pour déstresser, méditer, se retrouver, et laisser dame nature pénétrer chaque coin et recoin de son corps et  de son esprit.

Vivre l’ascension du M’GOUN, c’est être en totale harmonie avec la nature,  un enivrement  unique. Le randonneur est tel un enfant sur sa luge et qui glisse  vers un univers de plus en plus envoûtant,  à mesure qu’il progresse dans son ascension, se dépasse, « souffre », découvre, s’enivre… dans l’attente que le sommet du M’GOUN se profile à l’horizon. Et dès qu’il apparaît, plus rien d’autre ne compte. S’opère alors une métamorphose chez  la majorité des randonneurs : eux qui naguère se déplaçaient  péniblement par raréfaction d’oxygène, retrouvent subitement des forces, comme si l’apparition abracadabrante du sommet,  dope les corps et obnubile les esprits… Quel bonheur !

Mais quelle tristesse aussi, devant  tant de beauté se dégageant d’une nature marocaine, parfois  méconnue… des marocains. Ayant  pour dénominateur commun cette passion et cet amour de la montagne, les randonneurs  se partagent  cette ferveur, à même de leur donner une inaltérable envie d’élaborer et de réélaborer, sans jamais se lasser, tous les circuits possibles à emprunter avant chaque ascension. Leurs univers portent des noms inédits : Gorges d’Oumlilimt, Vallée heureuse, Col Aughli… .Ils en discutent aussi des moments  propices pour chaque départ, de la nature de la montagne, ses difficultés…, de la région, de la météo…rien n’est laissé au hasard. C’est une  préparation quasi-militaire.

 MGO.000...B

Précautions d’usage

MGO7

La nature en guise de témoin…

La montée du M’GOUN est deux fois plus dure que celle du Toubkal, mais sa beauté et la vue panoramique que ce dernier offre, est dix fois meilleure. Tout en haut, le randonneur peut contempler aussi bien la beauté de Marrakech, que celle de Zagora,  Ouarzazate…  A environ 3200m, c’est l’altitude qui marque l’extinction de la faune et la flore : bienvenue au royaume du minéral.  Des changements physiologiques s’opèrent aussi chez le randonneur : les battements du cœur s’accélèrent, l’oxygène se raréfie. Il faut  marcher lentement, pieds écartés, pour éviter de se prendre les crampons dans le pantalon. Toute blessure est à éviter autant que possible dans ces lieux. Une fois le village d’Imlil dépassé, votre cellulaire ne vous sera plus d’un quelconque  secours, par manque de réseau. Mules et  muletiers   deviennent  précieux…

 MGO4

Mais avant de goûter à ce bonheur, tout nouvel initié, doit être conscient  qu’une visite médicale est souhaitable, car le corps va côtoyer des altitudes de 1800m à 4068m. Une préparation physique avant chaque départ est  indispensable. Il y a un sac à dos d’une dizaine de kilos contenant eau, nourriture, tablettes de chocolat, fruits secs… à trimbaler tout au long de l’ascension. Le reste est transporté par les muletiers qui empruntent généralement des chemins plus faciles et donc plus accessibles aux mules. Un guide est  recommandé. Une trousse de médicament est nécessaire pour ne pas dire vitale. Tout en haut de la Montagne, toute aide extérieure reste difficile pour ne pas dire impossible. On ne peut compter que sur soi  et sur les membres de son groupe. Des  chaussures de marche, des lunettes de soleil, un gros pull, un coupe-vent, un sac de couchage…sont vivement recommandés.

MGO.001...B

Related posts

Leave a Comment