Andalussyat 2016 Une édition aux couleurs de l’Afrique

andalousie

Il n’y a pas mieux pour clore la savoureuse saison artistique et culturelle qu’a connue El Jadida tout au long de l’année 2016, que les plaisirs de se ressourcer dans le patrimoine artistique national, en s’abreuvant à satiété des mélodies de la musique andalouse, occasionnée par la nouvelle édition du Festival « Andalussyat » qui est initié par  l’Association des amateurs de la musique andalouse au Maroc avec le concours de la province d’El Jadida.

Une délicieuse petite cerise agrémentant le gâteau d’une nouvelle année et qui porte l’empreinte de Mouâad Jamaï, président fondateur de cet évènement, dont l’actif dans le domaine de l’art dans toute sa diversité et sa splendeur a redonné vie à une Province qui avait longtemps sommeillé sur les lauriers de son passé nostalgique.

El Jadida aura donc à représenter une des principales étapes du Festival « Andalussyat » qui touchera de même les villes de Rabat et Casablanca durant quatre jours avec l’ambition de mettre en lumière la dimension africaine de l’art andalou dans toute sa splendeur et sa dimension Universelle.

«Nous espérons classer notre musique Al Alla en tant que patrimoine mondial de l’humanité, fédérer toutes les associations qui versent dans la sauvegarde et la promotion de notre patrimoine et, également, vulgariser la musique Al Alla tout en l’adaptant aux tendances et goûts des jeunes générations», avait déclaré à la presse président fondateur.

A noter que ce régal Andalou sera animé les créations Afak Ifriquia, sous la direction de l’artiste Ali Alaoui, Afak Andalousia avec l’Orchestre Al Hayk sous la direction de Maître Amine Chaachoo de Tétouan, Afak Maghribia avec l’Orchestre maghrébin des musiques andalouses Chabab Monastir (Tunisie), Dar El Gharnatia Kolea (Algérie) et Dar Al Ala de Casablanca (Maroc), entre autres.

Toutefois et delà la dimension musicale que les organisateurs ne cessent de valoriser depuis la création de ce Festival, l’actuelle édition portera en elle d’autres événements dans l’événement.

D’une part elle sera irriguée par les affluents des profondeurs africaines. En invitant des artistes africains subsahariens les impliquant ainsi dans un spectacle de musique arabo-andalouse est le gage d’un légitime retour aux sources qui confirme la multi culturalité de notre pays et son ancrage dans ses racines Africaines.

D’autre part, le vibrant hommage qui sera rendu au Conseiller de Sa Majesté le Roi
Mohammed VI, M. André Azoulay, représente une autre légitimité à même d’honorer les mérites d’un homme exemplaire, dont les efforts qu’il ne cesse de fournir sont évidents pour la sauvegarde de la musique andalouse ainsi que les musiques traditionnelles, en particulier Gnaoua, musique dont les racines africaines.

Enfin la conférence scientifique, sous le thème «Fédérer le travail des associations de musique andalouse : intérêts et perspectives» qui aura lieu le samedi 10 décembre à la Salle de conférence de Mazagan et réunira André Azoulay, Mouaâd Jamaï et Abdellah Cherif Ouazzani, s’affirme comme un regard vers l’avenir de cette musique immortelle et unificatrice à laquelle vont s’associer  les plus grands artistes marocains, maghrébins et africains.

Ahmed Chahid

Related posts

Leave a Comment