Alouane : Doukkala capitale des Arts plastiques au printemps

Par: Driss TAHI  tahi

Quand les roses, les anémones et les jacinthes fleuriront dans tous les jardins de la ville ,quand les plantes grimpantes habilleront de leurs feuilles vertes les façades des villas à la cité plateau.

Lorsque les près et les champs aux alentours de la ville ,se vêtiront de superbes robes de coquelicots rouges écarlates, et que les pots deALOUANE  violettes ,de muguets et autres géraniums apparaîtront un beau matin sur les rebords des fenêtres ,et aux balcons des vieilles maisons du Mellah .

Quand les premiers nids perchés haut dans les interstices des remparts, annonceront le retour des hirondelles et des martinets.

Lorsque les jeunes filles partiront en promenade, les cheveux dans le vent, riant aux éclats, et balançant dans leur démarche leurs jupons bariolés sur la grande place de la ville, sous le regard émerveillé des clients attablés sur les terrasses des cafés.

Lorsque la météo deviendra plus douce ,et que le soleil daignera montrer son nez ,pour chauffer de ses rayons dorés ,la célèbre et pittoresque allée qui mène à la plage, bordée éternellement de ses majestueux palmiers à la tige svelte et élancée vers le ciel printanier. Quand ce beau lieu apaisant et romantique retrouvera ses amoureux, après la froideur de la solitude, et la rudesse des longues nuits d’hiver, hantées par le bruit d’une mer agitée et des rafales de vents violents.

Quand viendra l’accalmie, et que le doux clapotis des vaguelettes, et le sable fin et mouillé en bord de mer, inviteront à la ballade les marcheurs aux pieds nus.

jdi.port19Quand les mouettes planeront dans un ballet céleste incessant au dessus des chalutiers au port de pêche, et rempliront le ciel de leur cri strident, moqueur, et nasillard, qui viendra résonner jusqu’au cœur du théâtre Afifi, et plus loin jusqu’au Souk Laqdim, et même aux abords de sid Daoui.

Les arbres du légendaire parc Spiney témoin de tant de souvenirs, reverdiront et verront éclore au bout de leurs branches les premiers bourgeons et les chants joyeux des merles et des rossignols.

Alors , le printemps, qu’on aura tellement attendu, sera bel et bien parmi nous ,il s’installera enfin ,et déploiera ses ailes dans leur entière envergure, pour envelopper de ses pétales de fleurs une étendue, allant du Tit jusqu’aux berges de l’Oum Errabii à Azemmour, et à la Casbah de Boulaâouane, effleurant au passage la somptueuse forêt d’eucalyptus, aux sentiers verdoyants, et caressant l’immense plage d’Al Haouzia, pour venir répandre un parfum d’amour et de reconnaissance sur les mausolées des saints :Moulay Abdellah, Moulay Bouchaïb et Lalla Aïcha Bahria.

A ce moment là, El Jadida et sa frangine Azemmour, gracieuses et généreuses ,comme dans de pareilles circonstances ,exhiberont alorsALOUANE1 leurs plus belles parures ,et ,soumises et accueillantes ,telles des muses elles ouvriront grand leurs bras et leur cœur, pour recevoir les nombreux amants qui viendront de toutes les contrées du Maroc ,et de plusieurs pays étrangers : Palestine, Liban, Arabie Saoudite, Koweït ,Emirats A. Unies, Jordanie, Tunisie, Algérie, Mauritanie, Irak, Grande Bretagne, France, Italie, Espagne Libye, Yémen Qatar …

Ainsi, des dizaines d’étoiles scintilleront au firmament de doukkala, et projetteront leurs éclats brillants quatre jours durant, sur les salles d’exposition aux noms illustres : galerie Chaibia, salle d’exposition Khatibi, complexe culturel Laroui, celles-ci enchantées prêteront, le temps d’une fête, leurs espaces et leurs murs aux œuvres des talentueux artistes :

Houssein Talal, Abdelwahab Doukkali, Afif Bennani, Ben Yessef, Rahoul, Ahlam Lemsefer, Qarmad, Benjakan, Med Bakkali, El Azhar, Zoubeir, Benouakas, Zokhrouf, Dibaji, Al Jabri …

Les préparatifs sont déjà en cours et battent leur plein, et les organisateurs de cette troisième édition : Zhour Maanani (Association Zohour)

Nabil Fahmi (Forum régional de la culture), armés du fruit de leurs expériences dans ce genre de manifestations, ils ne ménagent aucun effort, et s’activent pour réussir un pari important à plus d’un titre, une troisième édition qu’ils veulent à la hauteur des ambitions des habitants de la région de Doukkala.

Aussi, réunir près d’une centaine d’artistes et pas des moindres, programmer simultanément plusieurs expositions dans différentes salles, à travers les deux villes, l’animation d’ateliers pour les jeunes peintres en herbe et bien d’autres activités et rencontres artistiques prévues durant les quatre jours du festival, en plus de la réalisation de plusieurs fresques murales (graffitis) ,tout cela représente une gageure, un véritable défi à relever ,et auquel s’attelle d’arrache-pied ce duo …battant : Maanani Zhour et Nabil Fahmi.

Du 17 au 20 Mars 2016.

Un rendez vous qui promet d’agréables instants artistiques.

Related posts

Leave a Comment