Alors que le Maroc met en avant sa politique africaine… Nisrine et Fatima croupissent dans les geôles…

Fatima_Nisserine

 Par :Kamal BENKIRANE

Nisrine, Fatima et bien d’autres de par le monde engraissent les statistiques de Amnesty international et des rapports intergouvernementaux sur ceux et celles qui sont détenus légalement ou illégalement dans le prisons du monde. Le cas de Nisrine et Fatima n’en reste pas moins un cas interpellant. La première, originaire de Meknès, détenue au Sénégal depuis cinq ans, sans procès, sans une réelle connaissance des faits avérés contre elle, comme si une telle détention est mandatée par un Patriote Act, qui met en œuvre de ces « certificats de sécurité » , légitimée par des circonstances saugrenues, et légalisée en infraction frontale contre tous les droits humains. La deuxième, Fatima El Ouardi, détenue au Ghana dans des conditions plus que lamentables, souffrant de maladies chroniques, et qui n’a même pas bénéficié dernièrement de l’amnistie du gouvernement du Ghana et dont ont eu droit tous ceux qui sont malades et qui devraient quitter les prisons dans les meilleurs délais.

Il y a de quoi interpeller la conscience humaine sur l’immobilisme idéologique avec lequel ces dossiers sont ainsi traités. Nisrine et Fatima sont-elles assez citoyennes marocaines pour interpeller l’attention du gouvernement du Maroc et des soucieux pour les libertés et droits humains?

Nisrine et Fatima sont-elles assez dignes pour bénéficier d’un sauvetage digne de certains pays occidentaux ou moyens et citoyens sont mobilisés jusqu’à rendre la situation une affaire nationale et même identitaire?

Nisrine et Fatima n’avaient-elles pas été baptisées « assez compatriotes » pour mériter la solidarité d’un regroupement d’avocats chevronnés marocains- qui se sont fait le droit et le devoir de se déplacer comme un seul homme vers un tribunal pour défendre récemment le droit aux femmes de porter une jupe?

Sans sexisme aucun, ni parti pris de mauvaise foi, il faut convenir que les libertés personnelles sont un fondement intrinsèque pour tout être humain sur terre, ancrée a même les chartes universelles de l’ONU. Rappelons-nous ensemble ces articles de la déclaration universelle des droits de l’homme :

Article 1

Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Article 2

1.Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.

Article 7

Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination.

Article 8

Toute personne a droit à un recours effectif devant les juridictions nationales compétentes contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus par la constitution ou par la loi

Le Maroc, ces dernières années, a réalisé des avancées importantes en matière de protection des droits de l’homme et de la femme. ( Libération des détenus de Tazmammart et leur indemnisation, nouvelle Moudawana pour la femme marocaine, legifération sur différents points concernant le divorce et le statut de la femme, légiferation en matière des droits des mineurs, etc. etc..) Ce cheminement est certes à saluer. Il n’en reste pas moins vrai que le cheminement vers une citoyenneté participative complète devrait constituer un aboutissement entre autres dans le chantier du progrès et de la démocratie.

Égaux devant les causes?

En étant que Nisrine et Fatima sont des marocaines du monde, le rôle des ambassades et des consulats demeure capitale, mais ces structures sont –elles assez efficientes pour prendre leur responsabilité? Le tout tend à confirmer cette urgence tant Il en va de l’image du Maroc ailleurs et du fonctionnement de ces structures institutionnelles. La société civile est assez vigilante pour dénoncer les infractions aux droits de l’homme, mais la concertation sera impossible tant qu’une coordination responsable entre les institutions marocaines et la société civile est absente.

À quand une loi organique votée à même le parlement du Maroc pour intervenir en cas d’emprisonnement des marocains du monde, faisant le rapport sur le soutien logistique, juridique et humain?

« Midnight Express » est un film qui a marqué les mémoires et qui a révélé un combat de centaure du héros en question, emprisonné pour des motifs de drogue dans un certain pays, et qui a décidé de retrouver finalement sa liberté par ses propres moyens. Est-ce le message qu’on tente de transmettre? Faut-il faire fi de cet immobilisme pour que nos compatriotes continuent de souffrir, de se débattre tout seul ou, qui sait, de crever dans l’amertume et l’indifférence générale?

Enfin , l’initiative de certains militants sur Facebook est à saluer. Elle est emprunte d’un grand humanisme. Merci de manifester votre support aux pages crées pour soutenir Nisrine et Fatima

Voici la page pour Nisrine

https://www.facebook.com/nisrinesenegal

Related posts

Leave a Comment