Al Botola : DHJ-MAT : 1-0 Les Doukkalis ratent Laâyoune… mais pas le MAT ! »

Par: Abdellatif Cherraf    cherraf

Quelle mauvaise surprise pour les supporters du Diffaâ Hassani Jadidi et de l’IRT  de voir leurs équipes chéries éliminées de la Coupe du Trône sur leur terrain et devant un large public. Quelque chose comme 40. 000 spectateurs pour Tanger !

dhj-mat

Et c’est en plein stade Al-Abdi que  le voisin l’O.C de Safi a arraché la victoire au DHJ en excès de confiance depuis son exploit dans les Terres des Abdis où les hommes de Talib avaient mis un pas au seuil de la porte de Laâyoune. Mais cela s’est avéré, à cause du sérum de la vérité mesfioui, insuffisant pour aller jouer une cinquième finale de la Coupe du Trône ! Et dire qu’ils avaient tous les atouts pour gagner la partie qui était à leur portée ! Suite à ce faux, on pensait que les Tétouanis allaient négocier « malicieusement » leur match à l’amiable face aux Jdidis, encore sonnés par leur disqualification !

Mais les Doukkalis, sur un coup d’orgueil, ne ratèrent pas les visiteurs qui désiraient enfoncer le clou au stade Al-Abdi  à l’instar de Dmiî et sa bande.

Voilà donc,une grande équipe tel que le Diffaâ, qui a su relever la tête après sa débâcle en Coupe du Trône… Sa pointe de fer de lance, Oualid Azaro  a, cette fois-ci, tiré plus vite que son ombre en ouvrant la marque par son précieux et unique but du match (14’). Cette performance lui a enfin ouvert la porte de l’équipe nationale des grands… Pourvue  que la réussite soit au rendez-vous pour ce jeune garçon pétri de talent.

Avec ses trois précieux points glanés, bec et ongles dehors, devant les nordistes, les poulains de Talib ne lâchent pas le morceau et chemin faisant assurent leur place parmi les quatre premiers au tableau de classement avec un match retard contre le FUS !

Le Fath Union Sport a toujours été dur à cuir pour le Diffaâ Hassani Jadidi qui est appelé à bien négocier ce match pour esperer aller loin dans la Botola et aspirer à une compétition africaine, tout en s’éloignant des supputations de fins de saisons, comme celle de l’année écoulée. N’est-ce pas, monsieur l’entraineur ! Toi qui s’est comporté comme un vrai « Boujadi » face au riverain… Finaliste ! Et de grâce, faites asseoir l’adjoint… Les joueurs  « PRO » n’ont pas besoin d’un berger mais de la houlette d’un coach digne de ce nom !

Related posts

Leave a Comment