Al Botola : 5ème Journée : KACM-DHJ : 0-0 « La peur de la défaite a privé le public de buts et de spectacle ! »

dhj-rsb22

Par: Abdellatif Cherraf

900 voire 800 présents dans le grand terrain de football de Marrakech. C’est vraiment une poignée de public pour les deux équipes  « PRO » en joute dans la Botola Elite ! Ce restreint et fidèle public a été privé de spectacle. Notamment celui de Marrakech qui misait sur ce match pour vivre une éventuelle victoire de son KACM de toujours sur le coriace DHJ. Mais les supporters marrakchis sont appelés à comprendre la situation actuelle de leur club qui lutte pour retrouver ses marques et sa vitesse de croisière suite au changement de l’entraineur ! Le départ de « Oueld Lablad »  Hicham Dmiî a laissé des séquelles  et un vide que Hassan Ben Abicha et son staff n’ont pas su comber. Peut-être que ces derniers n’ont pas trouvé l’oreille complaisante auprès du bureau dirigeant !

Aujourd’hui, il faut tourner  la page et ne penser qu’à soutenir le groupe KACM qui commence à  revenir  doucement mais sûrement. La victoire rbatie sur l’ASFAR et le nul face au DHJ en sont la preuve…

Alors de grâce qu’on laisse du temps au temps pour espérer voir l’épanouissement du grand KACM.

Fouad Sahabi, le nouvel entraineur du club marrakchi est quelque peu serré par le temps et par la contrainte de faire avec son effectif actuel. Aussi, il est  sous  pression et semble avoir pour principale hantise : éviter la défaite à tout prix ! D’où cette tactique  adoptée au grand stade de Marrakech : la sécurité et rien d’autre que la sécurité.

La formation de deux murs défensifs  face aux visiteurs, jdidis en pleine forme en ce début de saison.

Un autre entraineur, peut-être plus averti, aurait   chercher à glaner le maximum de points, lors de ce match, afin d’éviter les problèmes de fin saison, où  les deux antagonistes du jour ont souffert le martyre pour sauver leur peau de la relégation !

Le DHJ peut justifier son match prudent par la demi-finale qui l’attend ce mercredi contre l’OCS, mais le KAKM, comment peut-elle justifier son match laborieux et son schéma tactique ?

C’est donc sous cette psychose : « la peur de la défaite » que les Fouad Sahabi et Abderrahim Talib ont abordé ce match, KACM-DHJ !

On peut dire qu’ils ont atteint leur objectif au grand dam d’un public, j’allais dire dupé, mais privé de buts qui puissent enflammer la partie !

La pression qui pesait sur les entraineurs, s’est répercutée sur les joueurs des deux équipes qui ont raté, par excès de précipitation,  moult occasions nettes de scorer !

Théoriquement, le match devait se solder sur tout autre score que cet « insipide » score vierge. La cause des ratages messieurs réside chez nos entraineurs qui pensent beaucoup plus à leurs places qu’au succès possible de leur équipe !

Et le public dans l’histoire ? Ce dernier préfère déserter les stades.

Enfin, précisons que l’absence de Zakaria Hadraf (ménagé pour les demi-finales) a lourdement pesé sur les épaules des Doukkalis et que Fouad Sahabi n’avait pas d’autres alternatives que de chercher à sortir indemne de cette rencontre-piège, car il savair que les visiteurs excellent en contre-attaques !

Aussi, il était beaucoup plus facile de dresser deux murs défensifs que de s’aventurer à chercher la victoire !

Par contre, l’erreur monumentale de Talib, la titularisation de Barny à la place de Hadraf alors qu’un Chouib El Maftoul voire Lamine Diakité font largement l’affaire et sont capable d’ « apporter l’eau au moulin » et d’aider à faire tourner la machine doukkali. D’ailleurs le DHJ tourne mieux sans Barny. Un joueur qui n’est pas mauvais, loin de là, mais qui a besoin de temps pour s’acclimater au pays en général et au jeu doukkali en particulier.

 

Related posts

Leave a Comment