Al Botola – 13ème Journée : DHJ-KAC 0-0 … Le match des extrêmes « Adil Lagrouni l’homme du match »

Par: Abdellatif Cherraf   cherraf

Les visiteurs ne sont pas venus de Kénitra à El-Jadida en touristes mais bel et bien pour faire la grosse surprise au Stade Al-Abdi toujours en manque d’un large public ! Ni les supporters du KAC, Ni ceux du DHJ n’étaient présents en grand nombre à ce rendez-vous dont l’enjeu était de taille. Les trois points utiles au KAC pour  s’éloigner de la zone dangereuse et ne plus rester lanterne rouge,  et utiles  pour le DHJ pour s’octroyer seul le fauteuil du leader  de la Botola…

dhj-kac1

 La pression sur les 22 joueurs a monté d’un cran suite à la victoire de l’OCK sur le FUS concernant les visiteurs et suite au nul du WAC face à l’OCS concernant les locaux. Cette lourde pression sur les épaules des joueurs, a pesé aussi sur les entraineurs qui n’ont pas su gérer le match qui s’annonçait compliqué! Si Youssef Lamrini a opté pour la défense en bloquant ses joueurs dans leur camp et ce, tout au long de la première mi-temps, se contentant de quelques contres pour surprendre les Jdidis,  Talib Abderrahim, quant à lui, ordonna à ses joueurs l’attaque à outrance pour ouvrir la marque dès le début de la partie. Les poulains de ce dernier ont failli réussir via les Nanah, Ahaddad, Azaro voire Hamami,  à plusieurs reprises,  mais ils se heurtèrent à gardien dans son grand jour ! Il s’agit d’Adil Lagrouni. Vraiment le KAC lui doit une fière chandelle. Les Doukkalis ont tout tenté, des coups de  têtes, des tirs, des pénétrations, des contres, rien ne passait, le capitaine de la douane était là, très vigilant et sur ses gardes.

Que ce soit en première mi-temps où le DHJ a dominé totalement le KAC,  que ce soit en seconde période où le KAC a peaufiné trois contres rapides mais les preneurs n’étaient pas dans leur jour ; Lagrouni, puisqu’il s’agit de lui était là, dans sa cage comme un lion, rugissant par  ses belles parades face aux multiples assauts  des attaquants  jdidis.

Vrai que l’absence du capitaine Zakaria Hadraf et son coéquipier Lamine Diakité a pesé sur le rendement doukkali !

Vrai aussi que lors de pareils matchs : le leader face à la lanterne rouge, le match des extrêmes reste un match difficile à tous les niveaux… ça se joue sur des petits détails.

Imaginez, si l’arbitre avait octroyé le pénalty à Astati, descendu en pleine surface de réparation à deux reprises successives par les défenseurs du KAC (77’)…mais l’homme en jaune resta de marbre !

Peut-être qu’on aurait vu des buts de part et d’autre au grand bonheur des spectateurs. Mais quand la pression prend le dessus même sur l’arbitre, alors là, ni le joueur fauché, ni l’entraineur qui voit tout son travail s’évaporer, ni le public, n’y peuvent quelque chose !

Sauf peut être le rapport du commissaire du match, voire celui du contrôleur des arbitres où  sera signalée cette bévue d’arbitrage qu’on nomme erreur humaine !

Commissaire et Contrôleur sont là pour dénoncer ces choses, mais le font-ils sincèrement ? Du moment que les concernés directement ne font pas de réserve  technique ; alors tout va bien madame la comtesse. C’est vrai qu’il faut payer pour déposer une  réserve.

Aller fermons vite cette parenthèse et espérons des jours meilleurs pour l’arbitrage marocain qui commence à faire grincer les dents des équipes biaisées par nos sifflets.

N’oubliez pas le mach amical international du DHJ face à Lens le mercredi au stade Al-Abdi. Cette rencontre va-t-elle attirer la foule du jour ? Qui vivra varra.

Related posts

Leave a Comment