ADIEU TAHAR BERRAMOU : L’un des anciens fauconniers n’est plus

fauc

Une mémoire vient de s’éteindre, emportant dans les dédales de l’oubli un large pan des mille et un petits secrets  d’une tradition ancestrale  qui a toujours fait la fierté des fauconniers Lekouassems d’Ouled Frej. Tahar Berramou, l’un des doyens des Fauconniers de Doukkala est parti en douceur et dans une discrétion qui lui est coutumière, ne laissant dans son sillage que les souvenirs d’un maître d’art de chasse noble et un faucon orphelin tristement juché sur son perchoir.

De son vivant, Feu Berramou incarnait la fauconnerie dans toute sa splendeur. Il faisait partie des derniers « survivants » qui nous ont ramené des fins fonds de l’histoire les richesses inestimables d’un patrimoine dont les grandeurs se sont inclinées dans toutes les régions du pays et bien au-delà de nos frontières. Il était né fauconniers et l’était resté jusqu’au bout du souffle, fidèlement  attaché à sa terre natale et à l’amitié inaltérable qui le liait à son compagnon de tous les temps, qu’il chérissait plus qu’autre chose.

FAUCON.DERNIER

C’est toujours triste de perdre un ami, c’est encore plus triste lorsque cet ami a bataillé toute sa vie pour que la flamme de ce patrimoine singulier ne soit jamais soufflée par bourrasques de l’oubli ou la perdition. Tahar Berramou a marqué nettement les pages de l’histoire de la fauconnerie locale et nationale,  aujourd’hui et en ces tristes circonstances,  nous ne pouvons que nous incliner devant la mémoire de ce grand maître qui était toujours seigneur dans sa simplicité, digne dans sa fidélité  et farouche quant il s’agit de protéger et préserver cet héritage séculaire dont il estime être, et à juste titre, l’un des derniers gardiens.

Pour ceux qui le connaissaient bien ou l’avaient approché de prés, Feu Tahar Berramou, croyait fermement en cette  mission que se partageaient les derniers gardiens du temple de la fauconnerie au Maroc. Une mission qui paraissait autrefois comme une simple illusion tant le cours des temps s’avérait difficile et l’intérêt des décideurs peu prometteur. Aujourd’hui, Feu Berramou peut reposer en paix … Il avait vécu les longues années d’incertitudes, mais il n’est pas parti sans connaitre la floraison qu’il avait attendu depuis des décennies. Il n’y avait qu’à se rappeler cette lueur de triomphe qui illuminait son visage lorsqu’il est sous l’œil des caméras ou lorsque les sommités de différentes nationalités lui serrent la main avec respect ou encore lorsqu’il se sent l’un des maîtres de cérémonie durant les festivals de la fauconnerie.

Repose en paix l’ami et Adieu Si Tahar. Toutes nos condoléances à ta petite famille et à ta grande famille que représente l’Association des fauconniers lekouassems d’Ouled Frej.

Chahid Ahmed

Related posts

Leave a Comment