Par : Jilali Derif

« Amoudou » est l’une des émissions les plus suivies de nos chaînes de T.V nationales. Pourquoi on a introduit l’histoire d’Estébanico si on n’a pas des données vraies. Tous ce qui a été dit sur Estébanico n’est pas la réalité et vise, en nous présentant ce personnage comme un explorateur, (le Premier qui a découvert les USA…) à cacher la domination esclavagiste qu’exerçaient les Portugais et les Espagnols sur les citoyens marocains pendant la première moitié du XVIe siècle.

estabaneco

 Aucune source historique fiable (surtout l’acte notariale de son achat) n’est disponible pour connaitre le vrai nom (nom arabe) d’Estebanico. Lui attribuer le nom de Mustapha en se basant sur l’étymologie d’Estebanico, est une erreur grave. Ajouter Mustapha à « Ben Hadou El Azemmouri », est une tricherie (falsification) pour accepter cette identité que je cherche encore à connaitre qui l’a inventée.

Estébanico (ou Estevanico) est le diminutif du nom Esteban (Estevan), qui est un nom de baptême chrétien : les « lois de l’inde » interdisaient aux espagnols de transférer en Amérique des esclaves avant de les christianiser.

Estebanico était un jeune Ladino (esclave christianisé). La seule information sur son origine est donnée par Alvar Nunez, connu sous le surnom de Cabeza de Vaca, un des survivants de l’expédition à la Floride qui présente dans sa relacion « Naufragios » notre personnage sous  » « El quarto, se llama Estebanico, es Negro Alàrabe, natural de Azamor. » (Negro dans le sens d’esclave et non noir : un certain Gusman qui l’a vu au Mexique le décrit comme Brun). Que signifie Cabeza de Vaca par natural de Azamor ? Est-ce natif ou bien originaire d’Azemmour ou de sa région (Doukkala) ?

Aucun historien ou chroniqueur du XVIe Siècle n’a parlé de captifs lors de la conquête d’Azemmour le 02 septembre 1513. Les habitants musulmans de la ville, l’avaient abandonnée avant l’entrée du conquérant.

Reporter la date de l’esclavage d’Estébanico à 1521 pour la lier à la famine qu’à connu Doukkala cette année, vise à nous montrer que les citoyens se présentaient à leur gré pour devenir des esclaves !!!

L’histoire n’oublie pas la politique d’apprivoisement entretenue par le système d’otages, pour soumettre les habitants de l’intérieur de Doukkala (les Tribus de Charquia =Ouled frej) qu’avaient suivie à partir de 1514 ; Rui Barreto Capitaine de la place d’Azemmour (Capitam da Cidade) et Joâo (Joam) de Meneses capitaine de la région (Capitam do Campo) : Razzias de Boussaken et Tafuf près de Jbel Lkhdar au mois de février 1514, la razzia des douars des Ouled frej après la défaite devant les troupes envoyées par Nacer frère du roi Wattassi pour défendre Boulaouane (Guerre du 14 avril 1514 connue sous guerre de Boulaouane).

L’histoire n’oublie pas aussi qu’en 1517, Azemmour était sous le gouvernement de Simao Corréa, un grand marché des esclaves qu’on fait vendre en Castille, Andres Dorantes (né en l’an 1500, donc presque de même âge qu’ Estebanico) qui a amené avec lui Estebanico en Floride. Est-il vraiment le maître (le Propriétaire) de notre personnage ?

Dans sa relacion « Naufragios » Cabeza de Vaca, n’a jamais parlé de « maître  » et « d’esclave  » lorsqu’il parle de Dorantes et d’Estébanico. Les lois de l’Inde interdisaient aux personnes (particuliers) de transférer des esclaves avec eux en Amérique. Seules des entreprises qui assuraient l’éducation des esclaves Ladinos dans la foi chrétienne étaient autorisées à assumer ce rôle. Andres Dorantes qui était de Bejar (d’après Cabeza de Vaca), était choisi par le Duc de Bejar (ou de son établissement) pour accompagner l’expédition en juin 1527 à la Floride. Cette expédition menée par Panfilo de Narvaez et bel et bien une expédition de conquête et de colonisation au nom du Roi d’Espagne des terres comprises entre le cap de Floride et le Mexique, et non une expédition d’exploration (Istikchafia).

Dorantes serait probablement chargé par le Duc de Bejar de transférer un grand nombre d’esclaves à l’île Espgnola (Dominique et Haïti) et l’île de Cuba. Après le Naufrage sur les côtes de la Louisiane, les quatre survivants (Cabeza de Vaca, Alonzo del Castillo, Andres Dorantes et Estebanico) vivaient pendant plusieurs mois séparés, et la plupart du temps Estebanico était avec Del Castillo… Le surnom « Enfants du Soleil » n’était qu’un mensonge que les indiens, qui guidaient les espagnols vers d’autres habitants, utilisaient pour leur faire croire que ces étrangers sont capables de guérir toutes les maladies et qu’ils ont des forces magiques afin de leur faire peur et pouvoir piller leurs maisons.

Cabeza de Vaca qui rapporte ces faits, cite :  » nous n’avons pas encore de pouvoir sur eux, pour les arrêter ». Leur but était de trouver le chemin vers l’ouest (Le Mexique). Le rôle d’Estebanico était d’après Cabeza  » « Le nègre (Estébanico) était toujours chargé de s’entendre avec eux (les indiens) ; c’était lui qui prenait des informations sur la route que nous voulions suivre, sur les peuplades et sur tout ce que nous voulions savoir ». Après ce grand périple d’Estébanico et ses compagnons espagnols à l’intérieur des terres des Amérindiens de 1528 à 1536, notre personnage ne deviendra pas libre. Son nouveau maître devient vers la fin de 1536 Don Antonio de Mendoza, vice-roi du Mexique. Le mythe des sept villes d’or (Cibola) préoccupait encore les espagnols (des tentatives de franchir le désert du Nouveau Mexique avaient toutes échoué avec de grandes pertes) et au milieu de divergences entre les religieux et les conquistadors (dont leur traitement des indiens comme esclaves avait abouti à une grande diminution de la population locale), Don Antonio de Mendoza va charger en 1539 un religieux nommé Marcos de Niza (de Nice), pour aller vers le Nord, et d’emmener avec lui Estebanico comme guide.  » « Et si, avec l’aide de Dieu Notre seigneur et la grâce du Saint Esprit, vous (Prêtre Marcos de Niza) trouviez une route pour aller de l’avant et vous enfoncer dans cette terre, vous emmenez avec vous Estéban de Dorantes comme guide, à qui j’ordonne de vous obéir en tout et pour tout ce que vous lui ordonnerez, comme à moi-même (Don Antonio de Mendoza), et s’il ne le faisait pas ainsi, qu’il s’expose à une mauvaise affaire et aux peines où choient ceux qui désobéissent aux personnes qui tiennent de sa majesté l’autorité pour les commander. » Du mois de Février au mois de Mai 1539, Estébanico guide des religieux dans la recherche des sept villes mythiques de Cibola, mais sous des prétextes diverses, ces religieux n’ont pas pu le suivre dans sa traversée du désert. A la fin de la troisième semaine du mois de Mai, Estébanico fut probablement assassiné à Cibola par les Zuni, une autre tribu d’indiens du sud-ouest des Etats Unis d’Amérique . Les Causes et les circonstances de son assassinat restent jusqu’à nos jours un mystère également.

Ainsi je crois qu’on a une idée sur l’histoire d’ESTEBANICO le MAROCAIN de DOUKKALA à CIBOLA, et encore plus sur le grand nombre de Ladinos Doukkalis transférés en Amérique, lorsque les conquistadors Espagnols cherchaient sous les propositions des religieux « d’enlever les chaînes de l’esclavage des mains des indiens et les mettre dans les mains des Africains ». ESTEBANICO (ou le Baptisé) Doukkali est un Symbole de la domination esclavagiste qu’exerçaient les européens à partir du XVIeme siècle en Afrique.

https://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/12/estabaneco.jpghttps://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/12/estabaneco-150x150.jpgadminsInternationalPar : Jilali Derif 'Amoudou' est l’une des émissions les plus suivies de nos chaînes de T.V nationales. Pourquoi on a introduit l’histoire d’Estébanico si on n’a pas des données vraies. Tous ce qui a été dit sur Estébanico n’est pas la réalité et vise, en nous présentant ce personnage comme...Source de L'information Fiable