Les jdidis en quête d’un bol d’oxygène…

Plus que jamais, les jdidis étouffent et éprouvent un besoin pressant de respirer de l’air frais et de destresser, loin de l’anarchie et du chaos que leur offre leur  » ville ».
Ils étaient nombreux à pique-niquer pendant les vacances scolaires entre le restaurant Beauséjour et Moulay Abdellah. Leur nombre fait plus que quadrupler pendant les week-ends.
Il faut dire que la nature ( encore vierge) est magnifique: des plaines vertes, une mer azur, un soleil printanier…le Paradis quoi!!! Il suffit de peu parfois, pour être heureux en compagnie de sa petite famille ou entre amis.
Inutile d’aller jusqu’à Dakhla ou d’autres contrées pour souffler et retrouver cette paix de l’âme. La nature Doukkalie reste à « portée de main » et possède tous les ingrédients nécessaires pour plaire et séduire.
Abdellah Hanbali

Related posts

Leave a Comment