Pour la première fois de sa longue carrière d’artiste peintre, Fatima Moutih ouvre son coeur à ses admirateurs jdidis


 » Je ne suis jamais satisfaite de mon travail, je doute toujours mais c’est ce doute qui fait avancer l’artiste. Toujours faire mieux et plus. Une fois, j’ai posé la question suivante à mon très cher ami HADDOU OUTABIHT :

  • C’est ça la vie d’un artiste jdidi, vivre dans l’ombre ?
    Il a répondu : «  Travaille pour toi !  »
    Et, depuis, c’est ce que je fais. Bien sûr, il y a eu des moments de bonheur sous la tutelle de M.FASSI EL FIHRY, ancien gouverneur de la ville d’El Jadida grand artiste et parrain de tous les artistes jdidis, mais de plus il y a eu le handicap de mon ami Haddou OUTANIHT auteur du livre : « Georges Brassens, Paul Valéry et les autres ». Ces deux initiateurs ont marqué intensément ma carrière artistique. Depuis leur départ, je me suis un peu isolée. Je n’oublie pas mes amis journalistes qui n’ont pas arrêté de me rappeler leurs attentes, de temps à autre, dans leurs articles. Ils m’ont rendu confiance. MM. LMAATI, HANBALI, RAMDANI, JMAHRI, CHARRAF, MA3ZI, M. AARISS, ancien délégué à la culture qui m’a ouvert les portes de la télévision marocaine et celles du théâtre municipal , sans oublier mon ami le grand peintre LOURAK, retenu en Suède pour raison de santé. Ce dernier m’a toujours incité à aller de l’avant et avait foi dans mon travail.

Je n’oublie pas M.LEMSSEFER et M. FALAKI à qui je dois ma première exposition à l’hôtel Doukkala en l’an 2000. J’ai une très amicale pensée pour feu Driss Chraibi qui m’a dit un jour : « Je ne comprends rien en peinture mais tes tableaux me vont directement au cœur ».
Je n’oublie pas mon amie MARIE-PAULE, artiste-peintre-poète et chanteuse qui est mon guide littéraire et artistique, tout comme je n’oublie pas non plus mon ami de Narbonne, JEAN-LOUIS MOREL, poète, auteur de trois livres : MAZAGANELLES, ECLATS D’ENFANCE A MAZAGAN et FABLES DU MAROC ET D’AILLEURS, et ancien Président de l’Amicale des Anciens de Mazagan et de sa Région.

Je tiens à citer aussi mon amie Suzanne LAFONT peintre sur porcelaine, ainsi que mon ami feu BERNARDO LANZA avec qui nous avions partagé plusieurs poèmes dans coin des poètes et feu Albert MALANCHINI qui m’a toujours appelé PICASSA …j’aime aussi conclure ce témoignage par mes remerciements aux deux talentueux Mme Laïla Dardouri et M. Benazouz Sachez enfin que je serais éternellement reconnaissante à vous tous de vos si belles et si élogieuses critiques. Ces honneurs compensent toutes mes années de silence.

Bien à vous et avec tout mon respect.

Related posts

Leave a Comment