Mustapha Jmahri, initiateur du « circuit Citadelle » à Boulaouane

Par Mbarek BIDAKI Conformément à la suggestion développée dans son livre « Chroniques secrètes sur Mazagan» paru au mois de juin 2010 dans la série « Les Cahiers dEl Jadida », la succession Saint-Exupéry-d’Agay en France avait accordé à l’écrivain marocain Mustapha Jmahri l’autorisation d’initier un circuit culturel que l’auteur avait appelé « Circuit Citadelle» en mémoire de l’ouvrage posthume d’Antoine de Saint-Exupéry.Dans un courrier officiel daté du 1er juillet 2010, Monsieur François d’Agay, Président de la Société pour l’Oeuvre et la Mémoire d’Antoine de Saint-Exupéry basée à Agay en…

Read More

El-Jadida : La culture? Quelle culture?

Par: Abdellah Hanbali Bien sûr qu’on ne peut dissocier le culturel de l’économique et du développement tout court. Bien sûr que la pire des pauvretés, ne peut être qu’intellectuelle, et que par extension, tracer une politique à l’intention d’une ville, c’est toujours commencer par la partie la moins matérielle : la Culture… Pourquoi ? -Parce que c’est à partir de ce postulat, que les habitants d’une ville ou d’une nation donnée, donneront de l’importance au reste. Malheureusement, l’image qui nous est renvoyée par, élus et autres composantes de la chose…

Read More

Dialogue en aphorismes

Aux Editions L’Harmattan, Maria Zaki et Jacques Herman publient une nouvelle œuvre commune, bilingue français/anglais« Dialogue en aphorismes / Dialogue in aphorisms »Traduction et introduction de Matthew Brauer, enseignant à l’Université du Tennessee (Knoxville) aux USA Nous avons eu l’occasion de poser quelques questions à Maria Zaki au sujet de ce nouvel ouvrage commun. Pouvez-vous nous dire quelques mots sur le contenu de ce nouveau livre ? Ce dialogue est une nouvelle expérience de texte à deux mains, où cohabitent mes aphorismes et ceux de Jacques Herman ; deux manières singulières de…

Read More

Pause café avec Driss Tahi, autour de son roman, Du haut du balcon.

EL Jadida Scoop : Driss, comment vous est venue l’idée d’écrire votre premier roman ? Driss Tahi : J’avoue que j’ai du mal à me le préciser avec exactitude. Toujours est-il que l’idée a germé dans mon esprit, pendant « un bon moment ».j’ai tenté à différentes occasions de le commencer en griffonnant de temps à autre, quelques notes. J’ai fini par dresser un plan de travail. Lequel plan, a été modifié, ainsi que le titre, à maintes reprises.Je dois dire que mes occupations ne me permettaient pas de m’y…

Read More

Chronique de Mustapha Jmahri : Fouad Laroui et nous, de la bande dessinée à la bande des cinés

Comme déjà évoqué dans mes articles précédents, notre première rencontre, M’barek Bidaki et moi-même, à El Jadida avec le romancier Fouad Laroui, était née de l’échange de bandes dessinées. C’était, pour nous jeunes collégiens dans l’enseignement public marocain, une bonne manière de maîtriser un tant soit peu la langue française. Fouad Laroui et ses amis de l’école française Jean Charcot à El Jadida s’exprimaient convenablement en cette langue et détenaient des dizaines de numéros de bandes dessinées. Fouad en avait une quarantaine car leur maison au quartier populaire de Lalla…

Read More

Mustapha Jmahri explique son parcours aux élèves de Dar Attaliba

Par M’barek BIDAKI Dans le cadre de ses activités culturelles, l’institution Dar Attaliba à El Jadida a organisé en collaboration avec l’association « Doukkala mémoire pour la sauvegarde du patrimoine », le mardi 9 janvier 2024 au profit des élèves hébergées par l’établissement une rencontre culturelle avec l’écrivain Mustapha Jmahri autour du thème « Mon expérience dans l’écriture ».Comme annoncé sur l’affiche, le but de cette conférence était d’expliquer le parcours d’un auteur marocain. Depuis les débuts des années 1970, celui-ci avait commencé à publier ses écrits en arabe et en français. Cette conférence…

Read More

Chronique de Mustapha Jmahri : Comment qualifier la situation culturelle à El Jadida ? Réaction à un article

Dans mes années universitaires à Rabat, mon professeur encadrant en journalisme, feu Docteur Zaki Al-Jabir, disait, dans son cours, à ses étudiants-chercheurs qui faisaient part d’une affirmation : « Est-ce que tu as mené une recherche qui conforte ta thèse ? ». À cette réplique, l’étudiant finissait par revoir sa position et promettait d’y réfléchir plus sérieusement.Ce qui m’a poussé à cette réflexion, c’est l’article en pleine page que j’ai lu jeudi 4 janvier 2024 dans un quotidien marocain arabophone, intitulé avec un grand titre « Une léthargie culturelle plane sur El Jadida ». En…

Read More

Chronique de Mustapha Jmahri : Rencontres avec de grands modestes

Publié en 2018 chez l’éditeur parisien L’Harmattan, mon livre « Rencontres franco-marocaines, De Raymond Aubrac à Driss Chraïbi » pourrait être intitulé aussi « Rencontres avec de grands modestes ».Cet ouvrage, en 105 pages, préfacé par le sociologue marocain Mohamed Benhlal, est un recueil d’une quinzaine de textes sur mes échanges avec des personnalités ou intellectuels marocains et français que j’ai contactés ou approchés au Maroc ou en France. J’ai connu certains dans ma jeunesse, et d’autres un peu plus tard dans la vie active comme Raymond Aubrac, Driss Chraïbi,…

Read More

Abdelkebir Khatibi et Ghita El Khayat : Histoire d’une amitié

L’amitié entre Abdelkébir Khatibi, sociologue, romancier, essayiste, etc. et Ghita El Khayat, anthropologue, psychiatre, psychanalyste, écrivain etc., est sans égale : une amitié humaine, littéraire et intellectuelle qui a su faire du jeu épistolaire toute une activité parsemée d’aimance. Cette logique d’amitié est le fil conducteur de cet échange de 59 lettres entre les deux écrivains appartenant à une civilisation qui est méfiante à l’égard des échanges entre une femme et un homme. Pourtant, les deux «amis» ont gagné le pari. Abdelkébir Khatibi d’écrire à Ghita El Khayat: «Nous écrivons…

Read More

La grande et première découverte du cinéma par une majorité des Doukkalis.

À l’époque, on parlait plus de cinéma  » Al 7ayte » ( Mur) ou  » Lizar » ( grand morceau de tissu … Voir photo), voir de  » cinéma Lessieur » par allusion à la sociéte de l’huile Lessieur qui se chargeait de tous les détails nécessaires à la diffusion du film, contre une publicité de plus de 30 minutes qu’elle passait au milieu du film ( une sorte d’entr’acte) pour vanter la qualité de ce produit, qui n’avait du reste aucun concurrent dans le pays à l’époque ( monopole)..Pour les générations qui…

Read More