Chronique de Mustapha Jmahri… Yves Gicquel professeur, journaliste, acteur et associatif

Yves Gicquel, né en 1932 en France, est décédé à El Jadida le 24 novembre 2021 à l’âge de 89 ans, à la suite d’une longue maladie. Cet ancien professeur restera l’une des mémoires de l’enseignement à El Jadida. Ayant exercé dans le primaire comme dans le secondaire dans différents établissements français et marocains, c’est dire le nombre de générations d’Européens et de Marocains qui lui sont redevables de connaissances et de reconnaissance. Ses réalisations pédagogiques furent possibles du fait qu’il  exerça dans cette ville pendant plusieurs décennies, avant et après l’Indépendance, d’autant plus qu’il était resté attaché à cette ville où il résida jusqu’à sa mort.

L’ayant eu comme professeur de mathématiques au collège Chouaïb Doukkali l’année scolaire 66-67, je dois dire qu’il était une personnalité connue par son savoir, son charisme et son dynamisme : correspondant du journal La Vigie Marocaine, amoureux de football dont il ne manquait aucun match de l’équipe jdidie, cinéphile fidèle, je le voyais tous les weekend au cinéma Dufour et, auparavant, acteur de théâtre dans la troupe d’André Adigard des Gautries. Au collège, il avait une relation profonde avec son directeur Si Ahmed Hattab : nous ses élèves, les voyant tous deux qui discutaient longuement dans la cour de recréation.

Arrivé au Maroc en 1953, sa vie professionnelle dans ce pays commença à cette époque. Lauréat de l’Ecole normale d’instituteurs d’Ain-Sebaa à Casablanca, il fut affecté, en 1954, à l’école européenne de garçons sous la direction de M. Arthaud. Ses collègues étaient alors M. Pécot (fin d’études), Giudicelli (CM2), Melle Granzily (CE2), Mme Giraudel (CE1) et Gabrielle Hujol (CP). Affecté au CM1, il devait rester deux années scolaires avant d’aller enseigner les mathématiques au lycée ibn Khaldoun dans la même ville.

De mai 1958 à août 1960 il fit son service militaire et, le mois suivant (septembre 1960), il retourna à El Jadida où il fut nommé au collège Chouaïb Doukkali dans son ancien bâtiment.

En 1972, une parenthèse s’ouvrit dans sa vie : il parti travailler à l’île de la Réunion où il resta une vingtaine d’années et où il rencontra d’autres Jdidis dont Alain Chatillon et Joseph Amiel ainsi que Marie-Laure Thomas (ex Basty). Durant cette période réunionnaise, il retourna souvent à El Jadida pendant quelques vacances. Puis, une fois retraité en 1993, définitivement, pour s’établir dans sa villa sise en face du parc Hassan II.

N’aimant pas l’oisiveté, Yves Gicquel, avec l’aide de son épouse Suzanne, s’occupa de la gestion du restaurant Le Relais sis au km 26 sur la route vers Oualidia. Son beau-père Calédonio Zanca, propriétaire du dit restaurant ayant fait un AVC ne pouvait plus continuer à s’en occuper. En 1998, le restaurant vendu, Yves Gicquel s’investira dans le domaine associatif et devint secrétaire de l’Association d’entretien du cimetière chrétien à El Jadida présidée, à ses débuts, par le mazaganais Jean-Louis Jacquety.

Yves Gicquel, aujourd’hui rappelé à Dieu Tout Puissant, a laissé de merveilleux souvenirs chez sa famille, ses amis, et ses anciens élèves. Qu’il repose en paix.

Mustapha Jmahri (jmahrim@yahoo.fr)

Related posts

3 Thoughts to “Chronique de Mustapha Jmahri… Yves Gicquel professeur, journaliste, acteur et associatif”

  1. Je l’ai bien connu ! Ainsi que Yannick son fils.
    Mes parents l’ont très bien connu aussi.
    Condoléances à toute sa famille.
    Yannick, si tu me lis…

    1. Bonjour Christophe,
      Merci pour tes condolences, ainsi va la vie …. Que deviens-tu ? Que le temps passe vite …

  2. Abdelkrim

    Toutes mes condoléances à toute sa petite et grande famille

Répondre à Gicquel Annuler la réponse