dhj.fus

Par: Abdellah Hanbali

Depuis toujours, les matchs du DHJ contre le WAC  ont été des matchs références. Des rencontres où il fallait jouer avec ses tripes, sortir un grand match, et essayer de réussir un bon résultat.

Non seulement, que cela donnait  un bon coup de fouet pour que joueurs et moral soient au beau fixe pour la suite du championnat, mais parce que c’était  surtout , des matchs à six points. Car tout en  empochant les trois points contre l’un de nos concurrents directs,  pour l’une des places qualificatives aux coupes africaines, on lui en fait barrage, pour en gagner autant.

D’ailleurs,  si l’année dernière le DHJ est sorti bredouille du championnat, c’est en grande partie, parce qu’il a presque perdu tous les matchs qu’il ne fallait pas : ces fameux matchs, dits, à six points.

Mais ce soir, autant chaque supporter du DHJ rêvait, au fin fond de lui,  voir son équipe favorite réussir un bon résultat face au  Wydad, autant la déception fut grande au coup de sifflet final.

A voir ce public casablancais chanter, danser, jubiler, et faire la fête, tout au long de la 2ème mi-temps, devant un DHJ fébrile et mélangeant vitesse et précipitation, était un spectacle qui faisait mal au cœur.

Un spectacle qui nous rendit malade, car beaucoup d’argent a été dilapidé en « achats-bidons » de joueurs.

Un spectacle qui nous rendit malade, car depuis que c’est parmi les adhérents qu’on constitue le comité des clubs et les magouilles qui ont accompagné ce processus, en parallèle, beaucoup de personnes, qui n’ont rien à voir avec le football, y gravitent autour, attirés comme des mouches, par les grandes sommes d’argent du contribuable,  qui continue à y être  injectées.

Un spectacle qui nous rendit malade, car l’on était conscient de la qualité technique, très approximative,  d’un bon nombre parmi les joueurs actuels.

Un spectacle qui nous rendit malade, car le Wydad est loin, lui aussi,  d’être ce foudre de guerre, qu’on connaissait.

Au cours de ses deux derniers matchs, il a échappé par miracle à deux défaites successives.

Et alors qu’on souhaitait voir les doukkalis réussir leur match référence contre le wydad, c’est ce dernier qui semble avoir retrouvé, forme et moral, au dépend des nôtres.

Aujourd’hui chaque supporter du club éprouve cette amère constations que rien ne va plus au sein du DHJ.  On sentait venir cette raclée et cette débandade, et l’on savait que ce n’était qu’une question de temps, avant que ce « château de cartes ne s’écroule ».

Le Mercato est à nos portes. Les « dirigeants » actuels, et s’ils ont un minimum d’amour pour se club, doivent donner carte blanche au nouveau entraîneur, pour décider seul, qui parmi les joueurs actuels, il estime, n’ont plus leurs places au sein de son effectif, et qui il souhaite  engager  aux postes qu’il juge nécessaire.

Aujourd’hui, le DHJ est au creux de la vague, aura-t-il les Hommes qu’il faut pour le sortir de sa crise ?

Avant les dirigeants avaient de l’amour pour leur équipe.

Avant ils donnaient de leurs poches.

Et aujourd’hui… ?

http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/02/dhj.fus_.png?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/02/dhj.fus_.png?resize=150%2C150adminsSportPar: Abdellah Hanbali Depuis toujours, les matchs du DHJ contre le WAC  ont été des matchs références. Des rencontres où il fallait jouer avec ses tripes, sortir un grand match, et essayer de réussir un bon résultat. Non seulement, que cela donnait  un bon coup de fouet pour que joueurs et...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires