franoux

Par: Rabiâ Franoux Moukhless…Artiste plasticienne engagée, auteure du livre « Marine Présidente et alors? »

  • « En fermant les yeux, le problème disparaîtra! »

La cause des femmes continue son bonhomme de chemin en Occident et le mouvement # météo prend même pied. en Chine, qui est pourtant un pays où
l’éducation sexuelle est balbutiante.

Les femmes américaines s’insurgent contre leur Président suite à sa énième bourde sur Twitter pour lui rappeler que le silence d’une femme ou d’une fillette sur un crime sexuel n’est que l’aboutissement d’une culture machiste qui a imposé le silence aux femmes à travers la peur du jugement et l’absence de prise en compte de la parole des femmes.

Aux États-Unis toujours, la société s’insurge contre la nomination d’un juge soupçonné d’agression sexuelle il y a plus de 30 ans.

En France, 87 artistes avec Murielle Robin en tête, se lancent dans une grande campagne contre les violences conjugales et l’État investit dans des spots télévisuels pour dénoncer la violence. On voit apparaître un mouvement de femmes voulant répertorier les violences des gynécologues tant dans leurs discours sexistes que dans leurs attitudes paternalistes en voulant inciter les femmes à ne pas prendre la pilule, en tentant de les dissuader d’avorter ou refusant tout simplement de pratiquer cette intervention pourtant légale en France, au motif de leur propre conscience et au mépris de la conscience des femmes. Si un jour un acte médical pouvait être refusé au prétexte des opinions ou de la conscience des praticiens, on pourra refuser de soigner les repris de justice, les athées ou les porteurs de chemise à carreaux!

 

Notre Maroc est également touché par ces phénomènes. Le fait que 60% des
femmes ont ou seront concernées par une forme de violence fait de cette cause
une priorité qui devrait être nationale.

Une partie de la société civile a bien compris cette urgence et on voit fleurir ici et là des mouvements, des groupes tentant de faire évoluer les choses. Marches, sit-in, création de #, lettres ouvertes, dénonciation via les réseaux sociaux etc. Chaque nouvelle affaire horrible est l’occasion de pointer du doigt l’état lamentable de nos mentalités et de ce que subissent nos mères, nos sœurs.

Les affaires qui sortent sont tellement inhumaines qu’en principe, on ne peut qu’avoir le cœur au bord des lèvres et le poing rageur face à la lenteur de notre évolution et de la non prise en compte de cette problématique par nos élus. Car oui, pendant ce temps-là, notre gouvernement s’occupe de tout!

Notre ministre de la Famille, pour qui visiblement la composante féminine est
toujours autant quantité négligeable, trouve tout cela très normal en ne se
scandalisant pas et en se contentant de sa meurette (peut-on la qualifier
sérieusement de loi?), au moment où l’ensemble des associations des droits des femmes marocaines et l’ensemble des associations internationales en pointent les lacunes.

Le ministre de la Justice reste imperturbable, comme l’incarnation même de la
justice et démontre sa stricte neutralité en restant coi.

Notre ministre des droits de l’Homme n’est pas concerné suite à une coquille
lors de sa nomination. En effet, l’Homme a été orthographié avec un h minuscule, excluant de facto les femmes de son champ d’application.

Même notre ministre du Travail devrait être également concerné puisque la
violence est bien une des composantes du chômage et de la déshérence de la
population. Mais il a lui-même ses propres difficultés personnelles et, à priori, sa gestion du chômage consiste à attendre que l’ensemble de la population non qualifiée “brûle” vers l’Espagne pendant que les cadres prennent l’avion pour d’autres destinations. Ainsi, avec le temps, les actifs restant au pays seront certainement au plein emploi et n’auront plus le temps pour la violence…

Et notrePremier ministre est plus solidaire avec les Kosovars pour des motifs
religieux, alors même que le royaume ne reconnait pas ce pays et que cet
affichage peut nous mettre en difficulté au niveau international, qu’avec la
composante féminine de son propre pays.

Concernant les violences subies par les femmes, vu les difficultés
structurelles pour faire évoluer les mentalités, vu la gestion faite par nos élus, je crois malheureusement qu’elles ont encore de beaux jours devant elles et que les femmes de ce pays n’ont qu’à ravaler leur fierté et ignorer les violences qu’elles subissent. En fermant les yeux, le problème disparaîtra!

Mon Maroc est un pays soi-disant démocratique et fait tout pour le devenir un
peu plus mais, vu la gestion des crises de notre gouvernement, je commence à
comprendre pourquoi certains murmurent que c’était mieux avant. Pour
paraphraser la gestion d’entreprise: “Pour que la démocratie fonctionne, il faut
toujours un nombre impair. Mais au-delà de 1, c’est déjà trop!”. Avons-nous
seulement un décideur qui va s’intéresser sérieusement à ce problème essentiel de la société?

http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/10/FRANO.jpeg?fit=1024%2C1024http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/10/FRANO.jpeg?resize=150%2C150adminsLibre OpinionPar: Rabiâ Franoux Moukhless...Artiste plasticienne engagée, auteure du livre 'Marine Présidente et alors?' 'En fermant les yeux, le problème disparaîtra!' La cause des femmes continue son bonhomme de chemin en Occident et le mouvement # météo prend même pied. en Chine, qui est pourtant un pays où l’éducation sexuelle est balbutiante. Les femmes américaines...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires