Une exposition à l’Institut français d’El Jadida , ou le premier signe d’un retour à la vie culturelle normale.

Par Driss Tahi

La vaste salle d’exposition en plein air au sein de l’institut français d’El Jadida, dont les cimaises ont accueilli ce vendredi 21 mai, pour un vernissage plusieurs toiles de l’Artiste peintre Alain , a durant un moment permis aux amis de l’IF et à quelques amateurs d’art l’occasion de retrouvailles tant attendues, dans une ambiance amicale.

Les restrictions imposées par la pandémie avaient édicté de nouvelles habitudes , contraignant du coup les galeries, les théâtres , les salles de spectacles à une fermeture qui s’éternise, reléguant par conséquent la culture et l’art au dernier rang des priorités.

Alain Brandebourger ,artiste peintre autodidacte, attiré par le charme d’El jadida, qui semble le lui rendre bien , puisque cela fait déjà deux ans qu’il s’y est installé .

Ses œuvres pour la plus part abstraites ne décèlent jusque là aucune influence de l’environnement doukkali qui inspire généralement du premier coup les peintres . Néanmoins, on y remarque de prime abord une touche picturale qui dénote l’énergie , les traces furtives , le mouvement des vagues et celui des chevaux dont l’aspect est fugitif, surtout dans ses toiles monochromes . Pour le reste , le choix intelligent et visiblement limité des couleurs dans une belle harmonie , ainsi que les thèmes choisis, reflètent l’expérimentation par l’artiste de différentes techniques , en plus d’un sérieux et long travail de recherche .

Une exposition qui vient comme une éclaircie et une bouffée d’air raviver le champ artistique, plongé dans une léthargie sans précédent, qui a déjà duré de longs mois , pour redonner l’espoir d’une reprise et le sourire aussi bien aux artistes qu’au public d’une ville connue pour son effervescence culturelle et l’engouement de ses habitants pour tout ce qui est festif.

Après son allocution de bienvenue, d’ouverture et de présentation de l’artiste exposant, Nazha ABOUAMIR

Secrétaire générale de l’IF, optimiste et confiante dans l’avenir, m’a dévoilé brièvement une partie d’un programme culturel ambitieux , diversifié et innovant qui sera entamé dès que les conditions sanitaires le permettent.

Youssef SRIRI chargé de mission culture, communication et Salima BETTIOUI

Assistante culturelle / chargée de communication , tous les deux satisfaits de la réussite de cette exhibition qui sort le culturel de son mutisme , ont manifesté avec un air sympathique et accueillant leur souhait et leur impatience de voir repartir au plus vite le train des activités et des rencontres culturelles et artistiques .

Related posts

Leave a Comment