Un partenariat entre un lycée et une association, un bel exemple d’intégration professionnelle à suivre pour le bien-être des enfants à besoins spécifiques.

 Il est des défis qui semblent si difficiles à relever tellement leur réalisation tient de l’inaccessible mais que la volonté et la persévérance rendent possible.

Le but de citer ce bel exemple de partenariat d’intégration professionnelle, conclu entre la Direction Provinciale de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle, le lycée public qualifiant d’enseignement général Al Mansour Eddahbi à Rabat et l’Association Al Mostaqbal des enfants à besoins spécifiques, n’est pas seulement de rendre hommage à ces partenaires qui ont su mettre en exergue les performances de ces enfants qui étaient livrés à eux-mêmes et qui ont pu être sauvés grâce à un encadrement adéquat, mais de montrer à quel point ce genre de collaboration est bénéfique et peut retracer l’avenir de ces jeunes élèves par un suivi approprié.

Ce genre d’initiatives et de Projet d’Intégration Professionnelle, peut servir d’exemple d’un encadrement approprié aux enfants d’El Jadida qui ont des difficultés dans leur cursus scolaire, soit à cause de leurs problèmes sociaux et familiaux, soit en raison d’un manque d’encadrement au niveau de leurs établissements scolaires.

Ce projet de partenariat entre l’Association Al Mostaqbal et le lycée public Al Mansour Eddahbi, qui est un lycée sis dans un quartier populaire (Douar Rja fellah), et qui était complètement délabré, avec des élèves qui négligeaient complètement leurs études et que, le moins que l’on puisse dire, est que cet établissement ne représentait pour eux qu’un lieu de rencontres pour s’en donner à cœur joie à tous ce qui les enfonçait de mieux en mieux dans les sentiers sinueux de la débauche. Un lycée qui était dépourvu de tous moyens matériels en mesure d’aider les élèves à apprendre et à acquérir des connaissances qui leur permettraient de s’améliorer. Un lycée qui ne disposait, en terme de moyens, que d’un personnel ambitieux et ayant pour seul objectif d’améliorer les conditions d’apprentissage des élèves et les aider à sortir de l’engrenage de la drogue, en les éloignant de tout ce qui pouvait les mener vers la délinquance.

Un tableau noir et une situation dramatique qui a provoqué la réaction d’un directeur fraichement affecté à cet établissement et de tout le personnel qui n’attendait qu’une lueur d’espoir pour entamer une réforme avec beaucoup de volonté et le désir d’améliorer les choses, et surtout, de rendre aussi bien à cet établissement qu’à ces élèves un semblent de vie scolaire normale.

L’objectif de ce Projet d’Intégration Professionnelle est d’améliorer les conditions d’apprentissage de ces élèves et d’accompagner l’établissement dans la conception et le développement des programmes qui visent à améliorer la formation de base de ces adolescents, et qui contribuent en même temps à lutter contre l’abandon scolaire et à renforcer le lien entre l’établissement et l’élève à travers des activités parascolaires.

Loin de ces perspectives de réformes et de ces tentatives nationales d’une école de deuxième chance, les responsables du lycée Al Mansour Eddahbi n’ont pas attendu que ces initiatives nationales se traduisent en mesures concrètes et en perspectives prometteuses. Ils ont simplement opté pour un partenariat « gagnant-gagnant » entre leur établissement, et l’Association Al Mostaqbal des enfants à besoins spécifiques. Un projet ambitieux qui permettrait, en même temps, l’intégration des enfants de l’Association, et pour les enfants de ce lycée, le renforcement des liens entre l’école et l’élève, à travers des activités parascolaires, mais également par leur implication dans la remise à niveau de leur lycée, en termes de réaménagement des espaces didactiques, de loisirs et des activités parascolaires.

Ainsi, trois ateliers ont vu le jour à travers cette collaboration, à savoir un atelier de coiffure, un atelier d’esthétique et un atelier de cuisine et pâtisserie.

Ces trois ateliers ont été lancés au sein du lycée Al Mansour Eddahbi, simultanément avec le cursus scolaire normal, en intégrant dans un même espace, aussi bien des lycéens de la première année du baccalauréat, que des enfants à besoins spécifiques de l’Association Al Mostaqbal.

Ainsi, cette journée du lundi 21 juin 2021 a été marquée par la  célébration de la réussite de ces enfants de la première année du Baccalauréat du lycée Al Mansour Eddahbi, et de l’Association Al Mostaqbal, qui ont passé avec succès les étapes de leur formation à travers les trois ateliers sus cités dans le cadre de ce projet d’Intégration Professionnelle.

Le jury, constitué des membres spécialistes dans ces trois domaines de formation, ont pu évaluer les résultats des candidats à travers le travail que chaque participant a réalisé, selon la formation qu’il a reçu dans l’atelier de son choix.

Pour les ateliers de coiffure et d’esthétique, de jeunes modèles, coiffées et maquillées par les candidates ont pu défiler devant le jury et de l’assistance composée de parents des participants.

Quant aux candidats de l’atelier de cuisine et de pâtisserie, ils ont  pu présenter aux membres du jury les plats de cuisine et de pâtisserie qu’ils ont préparés et qui ont été très apprécié.

Un évènement qui met en exergue les potentialités de ces jeunes personnes à besoins spécifiques, et de ces élèves qui étaient confrontés à des difficultés scolaires et qui ont pu se démarquer grâce ce projet d’intégration professionnelle.

Le problème d’abandon scolaire continue, malheureusement, à sévir particulièrement dans les milieux défavorisés et ce genre d’initiatives contribuerait à lutter contre ce phénomène dont sont victimes beaucoup d’enfants.

Ce bel exemple de partenariat gagnerait à être généralisé, particulièrement dans des villes comme El Jadida où on assiste de plus en plus à la recrudescence de la criminalité et à l’usage des drogues parmi les adolescents.

Khadija Choukaili

Related posts

Leave a Comment