saha

EL JADIDA SCOOP

TROUVILLE EN HIVER

Les Voiles sous crachin surchauffent leurs Vapeurs

Le dandy sans loisirs rumine ses déboires

La mondaine en disgrâce exorcise ses peurs

Le serveur sous cape brocarde les pourboires

Traîne sa nostalgie la belle ridicule

Son écharpe l’étrangle son manteau l’étouffe

Les amours lointaines perdent leurs molécules

Son fantasque caniche ébroue sa grosse touffe

Trottine sur les quais vaillante centenaire

Brillent dans son regard des cristaux de jouvence

Secoue fourrure au loup l’indolent partenaire

Arrosent saphistes leur fraîche connivence

Mélusine à l’écart s’amuse du spectacle

Le scribe et sa muse décryptent leur grimoire

Le dernier estivant quitte son réceptacle

Trouville en hiver retrouve sa mémoire

Le marinier sans fret défrise ses bacantes

Rouillent les chalutiers sommeille l’estuaire

Rodent les korrigans dans la cité vacante

Lutins et farfadets quittent leur sanctuaire

Savignac sur planches souffle ses particules

La coquette écrase son fou-rire sous robe

Mâtine mouette s’embrume au crépuscule

La magie s’estompe le dessin se dérobe

Marguerite Duras hante la promenade

Dissout grise écume ses pages soupirantes

Loin des Roches noires s’émiettent ses monades

Roulent ses mots-galets sous la vague mourante

La côte sauvage sous lanterne impalpable

Déroule sa légende ancestrale et précaire

Yggdrasil foudroyé sous roc inextirpable

Mimir décapité dans linceul de calcaire

La mer de main d’artiste affine ses sculptures

Creuse dans la pierre son fascinant discours

Tirailleurs sans stèle marins sans sépulture

Grondent dans l’abysse leur appel au secours

Les spectres paradent dans la brume marine

Les blockhaus explosés libèrent leurs fantômes

Trépassent cormorans gavés de muscarine

Démon désincarné disperse ses atomes

Le rivage au couchant dévoile ses dédales

Lézardes gauloises sur stigmates romaines

Cicatrices vikings sur brèches féodales

Empreintes fossiles d’énergies surhumaines

Le chêne souverain gardien des destinées

Préserve fleurs de gui de froidure létale

Le saule mignote colombe couronnée

La baie récupère sa virginité natale

Limpide cascade couve son territoire

Chante sa louange dans l’oreille du barde

Entre clams et clovisses ruisselle son histoire

Défilent ses génies sous tambour et guimbarde

Cascatelle tarie sous rayon de lumière

Profile sur paroi figure du messie

Désinvolte pécheresse exhibe sa trémière

Gratifie l’Apollon de sa fleur de cassie

Pleure Sainte Vierge dans chapelle d’ophite

Nerthus Terra Mater morte sur son autel

Perpétue l’ordalie griffure sur graphite

Disparaît bergère s’égare son cheptel

Regarde chouette rescapée d’un couvent

Le grand large engloutir son obscure aventure

Dresse sa crinière dans le sable et le vent

Le lion des fables dévoreur d’écritures

Frigg d’aiguille d’argent tricote ses stratus

La tempête ébranle l’antique citadelle

S’écroule dans la foudre le grand eucalyptus

Villa Montebello protège ses chandelles

Téméraire flâneur à mi-chemin se désiste

La galerne exalte son parfum baptismal

Le fauve immobile sous fracassants résiste

Lila crinière au vent cravache l’animal

Les Nornes sur puits d’Urd remaillent les destins

La falaise s’éboule blanche effraie l’abandonne

L’infernal Ratatosk saccage les festins

Nidhögg crache son feu sur maudite madone

Odin sur promontoire observe l’hécatombe

Les berzerks en furie les drakkars en naufrage

Nerthus la féconde choisit la mer pour tombe

Le trésor disparaît surnage son coffrage

Couve son mystère la crypte millénaire

Sur paroi s’imprime l’image d’Aphrodite

Le savant s’intrigue du message lunaire

Erato s’invite dans l’enceinte interdite

Entrelacs en chaîne déclinent leurs symboles

Triangles spirales nœuds tresses circulaires

Figures mouvantes sublimes paraboles

L’ivresse s’amplifie sous rayons spéculaires

Les lacis sur silex content les temps divins

La danse des nymphes les agapes florales

Le banquet des druides la ronde des devins

Les récoltes joyeuses les ardeurs pastorales

Taranis en fanfare surgit du fond des âges

Libelle à coups d’éclairs l’énigmatique augure

La bourrasque exauce son merveilleux présage

En jardin d’agates l’écueil se transfigure

S’élèvent crescendo carnyx et castagnettes

Taballos et Syrinx cornemuse et cymbales

Morgane s’enflamme sous nuée de guignettes

Libane à contre-sens chevauche sa bubale

Rosmerta déverse sa corne d’abondance

Morrigan propage la nitescence astrale

Sirona ranime son fanal en concordance

Epona préside ripaille et bacchanale

Dionysos agite en dansant sa bannière

Dana sous le charme desserre sa tenaille

Le roi fou gouverne l’ours brûle sa tanière

Les gueux s’étoffent d’or la reine s’encanaille

Le rhapsode en transe qu’allégresse ensorcelle

S’arrache en cadence mantelure et plumage

Quel mystère anime sa secrète étincelle

L’étoile polaire le réincarne en mage

S’abat grosse averse sur cirque des idoles

Revêche corneille délaisse sa couveuse

Sirène d’Andersen enfourche sa gondole

Marée basse envoûte l’imprudente rêveuse

Ici mère nature invente l’insondable

Ici naît le mythe dans la source profonde

Perpétue l’ondine son œuvre inoxydable

Nul génie créateur qu’Océanos ne fonde

Par: Mustapha Saha,

sociologue, poète, artiste peintre

PS: Le sociologue et poète Mustapha Saha passe l’été à Trouville-sur-mer, son habituelle retraite d’écriture, station balnéaire atypique à laquelle il va consacrer un livre, qui reconstitue son histoire artistique et littéraire.

Cette ville a été une source d’inspiration pour les écrivains Marcel Proust, Alexandre Dumas, Gustave Flaubert, André Gide, Louis Aragon, Marguerite Duras… et pour les artistes Gustave Courbet, Eugène Boudin, Claude Monet, Fernand Léger, André Hambourg…, et d’autres encore.

Le poème en alexandrins « Trouville en hiver » de Mustapha Saha ouvre l’ouvrage en préparation.

http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/09/saha.png?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/09/saha.png?resize=150%2C150adminsArt & CultureEL JADIDA SCOOP TROUVILLE EN HIVER Les Voiles sous crachin surchauffent leurs Vapeurs Le dandy sans loisirs rumine ses déboires La mondaine en disgrâce exorcise ses peurs Le serveur sous cape brocarde les pourboires Traîne sa nostalgie la belle ridicule Son écharpe l'étrangle son manteau l'étouffe Les amours lointaines perdent leurs molécules Son fantasque caniche ébroue sa grosse...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires