Trottoirs squattés… la dangereuse banalisation…

sidi.moussa

Quartier Sidi Moussa

eljadidascoop

Cela commence presque toujours par un petit bout de grillage, un muret, quelques plantes, de préférence des hibiscus…  et cela se termine comme presque à chaque fois, par un garage, un jardin, un mur de clôture….au dépend d’un piéton déboussolé, résigné…faute d’un interlocuteur valable, à qui s’adresser, pour reconquérir son du.

Dans le cas présent, on avait au début une laiterie  qui faisait le coin et ne dérangeait personne. Mais dès l’arrivée de l’été, le propriétaire des lieux qui, semble-t-il, avait son idée derrière la tête, transforma les lieux en gargote,tout en exploitant les trottoirs autour, pour installer un grill et faire griller des sardines (chouaya) et en y  aménageant une  terrasse pour ses clients.

Devant le laisser aller des autorités, le voisin qui subissait cette pollution olfactive, sonore  et autres gênes du genre, préféra cesser de se plaindre à X ou à Y et profiter à son tour de l’ « aubaine », faute de pouvoir y mettre un terme.

Pendant ce temps, l es autorités donnent l’impression de roupiller, mais en réalité, et telles des loups qui restent aux aguets, elles ne dorment que d’un œil ,  l’autre, elles le gardent toujours  ouvert pour  surveiller les Mokaddems, à qui, et pour ne pas se mouiller dans un quelconque scandale,  ils ont délégué les «  pleins pouvoirs »  en  les chargeant d’effectuer  la sale besogne, à savoir ramasser les bakchichs et les distribuer suivant le grade de chacun.

Et c’est de la sorte, qu’on ne voit plus un seul  Boucher à El-Jadida, sans son grill boucherfumedevant; une « chouaya » de sardines un peu plus loin; des terrasses de cafés occupant la totalité des trottoirs; des commerçants qui en font pareil et pour finir des habitants qui s’y mettent à leur tour (exemple du quartier Mouilha ou des boulevards, se sont tellement rétrécis » qu’ils en sont devenus, par on ne sait quel tour de magie, de simples ruelles d’à peine un mètre de largeur )…

Quant au dindon de la farce, le piéton, il continuera à être malmené, piétiné…tant qu’il continuera à plier l’échine et à attendre que les choses changent par elles mêmes.

Pour  l’instant, ni le président du conseil et encore moins le gouverneur de cette ville, ne semblent prêter attention au phénomène…Après tout, jdida n’est qu’une âroubia, n’est ce pas?

 

trott

occupation.trottoirs

Related posts

Leave a Comment