Par: Alain Degans     degans2
Souad Jamaï était donc vendredi 28 avril à la librairie de Paris à l’invitation de l’Institut français d’El Jadida, une ville qui lui laisse des souvenirs de vacances. Ayant quitté le Maroc à l’âge de 6 ans pour vivre en Europe, elle fit ses études de médecine en Belgique et exerça en milieu hospitalier en France. Son retour au Maroc coïncide avec l’ouverture de son cabinet de cardiologie à Rabat. Retour au pays et changement de situation professionnelle puisqu’elle quitte l’hôpital pour la médecine libérale.

 

« Le médecin de coeur » comme l’a désigné Abdelali Errehouni, le modérateur de la soirée qui, à son habitude, donna lecture de quelques pages du roman « Un toubib dans la ville » afin d’illustrer ses propos. Il surpris l’auteur et le public décrivant le roman comme « une auscultation sociologique de la société marocaine ».
C’est qu’en effet, « un toubib dans la ville » est la « mise en situation des sentiments » des personnages qui font le roman. L’idée du docteur Souad Jamaï était de mettre en scène les différentes anecdotes collectionnées par elle-même ou par des confrères et qui ont pour cadre la salle d’attente du médecin où se côtoient différents personnages, reflet de la société marocaine contemporaine, « un microcosme de la société ».
L’idée de départ du docteur Jamaï, c’était de faire de toute cette « matière première » une pièce de théâtre. Ce fut donc en définitive le roman « qu’on lit le sourire aux lèvres » selon Abdelali Errehouni et on veut bien le croire car, visiblement, il s’est bien amusé en le lisant… Le docteur Ali, héros narrateur, est sans nul doute l’alter ego du docteur Jamaï. Celle-ci dit « j’aime les mots, ils laissent des traces lorsque les paroles s’effacent » pour justifier son besoin de se confronter à l’écriture.
Mais, si la colonne vertébrale du roman c’est la vie d’une salle d’attente où se rencontrent différents personnages typiques ou atypiques, il comporte une histoire et des sentiments humains. Il n’est sûrement pas écrit scientifique mais un récit sur le monde médical.
Un bon moment de littérature contemporaine vécue dans un endroit où le livre est roi, la Librairie de Paris, avenue des FAR, où l’on pourra acquérir ce premier roman de 237 pages de Souad Jamaï au prix de 90 dirhams.

remise d’un cadeau offert par la librairie de Paris à l’invité

http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/04/jamai.jpg?fit=1024%2C1024http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/04/jamai.jpg?resize=150%2C150adminsZoomPar: Alain Degans      Souad Jamaï était donc vendredi 28 avril à la librairie de Paris à l'invitation de l'Institut français d'El Jadida, une ville qui lui laisse des souvenirs de vacances. Ayant quitté le Maroc à l'âge de 6 ans pour vivre en Europe, elle fit ses études...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires