Sidi Bennour :Le carnage de la RN 7 se poursuit ! Encore cinq morts d’une même famille dans un accident de la circulation

accident

Par:Azzedine Hnyen

La route nationale n°7, reliant la ville de Sidi Bennour au centre rural Sidi Smaîl, continue à faire des ravages. Après avoir emporté, la semaine dernière, la vie de toute une famille, elle récidive, vendredi dernier, en tuant cinq personnes d’une famille dans une collusion frontale entre un semi- remorque et un véhicule léger.

Selon nos informations, les cinq passagers du véhicule léger sont décédés sur le champ alors que le chauffeur du semi- remorque, paniqué, a pris la fuite. Les corps des victimes ont été acheminés vers la morgue municipale d’El Jadida.

Ainsi et comme nous l’avons signalé la semaine dernière, dans ces mêmes colonnes, la nationale n°7 reliant Sidi Bennour-Sidi Smaîl, de 27 kilomètres, ne suscite pas seulement de
l’inquiétude chez ses usagers. Mais elle fait, désormais, peur. Suite à sa défectueuse nature dégradée et à son enrobage frauduleux, cette route demeure un danger permanent pour les usagers de cette route. Un danger qui augmente pendant la nuit lorsque la visibilité est considérablement réduite, voire nulle. Une situation qui s’empire et qui s’aggrave lors des
lors des périodes des intempéries et du brouillard. En effet, on est surpris par la présence de crevasses profondes et de pierres et cailloux éparpillés en plein milieu de cette route, de 8 kilomètres à la sortie nord de Sidi Bennour. En été, saison des grands voyages d’estivage et des tournées et périples touristiques, la nationale n° 7 reliant El Jadida à Marrakech, via Sidi Bennour, connaît, comme à l’accoutumée, une circulation et un trafic routier 24/24. Le démarrage de la campagne betteravière ajoute, elle aussi, son grain de sel. Des convois de camions et de tracteurs, transportant la betterave, longent cette voie qui s’étend sur des kilomètres.

Depuis sa réalisation, cette voie n’est soumise à aucun contrôle rigoureux, voire draconien. La responsabilité de sa dégradation et de sa détérioration incombe automatiquement aux services concernés. Nous tirons en l’occurrence la sonnette d’alarme pour que les dispositions adéquates soient prises. Nous appelons les responsables à intervenir avant pour mettre un terme à ces tragédies coûtant la vie à d’innocents citoyens, comme ce fuit tristement le cas sur Cet « axe de la mort » n’étonnera point en emportant d’autres vies aussi innocentes tant que des mesures de réfection et de prévention n’ont été entreprises. Le ministre de l’Equipement est appelé à dépêcher une commission ministérielle pour s’arrêter sur la nature des travaux opérés sur cette route comme toutes les autres dépendant de la Direction de l’équipement d’El Jadida. Des budgets énormes sont dépensés, chaque année, pour des travaux qui se dégradent aux premières pluies.

Related posts

Leave a Comment