RSB-DHJ :2 – 0 … « On ne tire pas sur une ambulance. »

Le DHJ est un corps malade, agonisant même.

A quoi bon, dès lors,  continuer à en faire la cible de nos critiquer et  reproches, bien que constructifs dans leur quasi-totalité ?

Ne dit-on pas, « Odkoro amwatakom bilkeir. » ?

 Il est clair qu’aujourd’hui, le DHJ est au bout du rouleau, pour ne pas dire,  cliniquement mort.

Lanterne rouge de la Botola, le DHJ est une équipe, dont tout un chacun a vu la « santé » péricliter, au fur et à mesure des défilements des matches.

Mais en dépit de nos multiples sonnettes d’alarme, aucune partie concernée n’a daigné faire le nécessaire, pour remettre l’équipe sur le bon chemin.

C’est pourquoi, cette équipe est aujourd’hui, indigne de tout, y compris de nos critiques. Car agonisante, elle n’est  capable, ni d’un quelconque  sursaut d’orgueil, ni de la moindre réaction, à même de lui rendre, ne serait-ce qu’un brin de sa fierté du passé.

Il est plus que temps, pour que Mohammed Guerrouj, mette chacun devant ses responsabilités.

Après tout, c’est de l’argent du contribuable qu’il s’agit, mais aussi  de l’histoire d’un club cher à chaque doukkali.

Comment, dès lors, laisser de telles  personnes, continuer à le gérer à leur guise ?

Comment se contenter de les regarder mener le  club, vers les précipices, sans réagir ?

Ce qui est entrain de se passer, aujourd’hui, au sein du Difaâ est tout simplement inacceptable et…intolérable.

El Jadida Scoop

Related posts

Leave a Comment