mer 1



Rares sont les nostalgiques qui se remémorent ces temps perdus à jamais, quand la ville d’Azemmour représentait la capitale incontestable de l’alose. Une richesse d’exceptionnelle importance, ayant suscité toutes les convoitises des Portugais de l’époque, au point de constituer un lourd tribut imposable à la ville, et que les bateaux des conquérants raflaient par cargaisons entières en destination de leurs ports d’attache.

Aujourd’hui, cette ville ne conserve plus que les sentiments de regrets, des bribes de souvenirs et quelques notions des temps de l’alose, immortalisés par l’histoire. La main de l’homme a fait le reste, elle a été pour beaucoup dans la disparition irréversible de cette espèce, dont les derniers survivants ont désertés les rivages d’Azemmour depuis plus de trois décennies.

Si nous avons opté pour cette plongée dans les tristes annales de l’histoire maritime des côtes d’Azemmour en guise d’introduction, tout en remettant au devant de la scène cette catastrophe écologique, notre objectif est de tirer la sonnette d’alarme, et rappeler aux bonnes consciences que les dangers auxquels est confrontée aujourd’hui encore la faune marine et sa flore sont omniprésents, au risque de porter gravement atteinte à la biodiversité de toute la côte du Doukkala.

pecheDans ce contexte, l’exemple le plus frappant, qui n’a jamais cessé de mobiliser l’attention des chercheurs scientifiques, de la société civile et des organes de presse toutes tendances confondues, a trait au pillage systématique qui frappe impunément les algues rouges (Gelidium Sesquipedale), très recherchées pour ses caractéristiques particulières, et dont la Province d’El Jadida détient l’unique et plus important stock National.

Certains indices reconnus officiellement, nous font craindre le pire. Au cours de ces derniers temps, la densité de cette flore maritime  qui était autrefois très abondante, est passée de 6 kg/m2  en 2000 en passant par un seuil critique de 0,7 kg en 2006 pour atteindre par les temps qui courent une réalité pour le moins qu’on puisse, alarmante. Des chiffres qui parlent d’eux même, et qui ont tendance à accuser des chutes plus terrifiantes encore, si l’on considère cette surexploitation qui dépasse toutes les limites de l’entendement malgré certaines règles qu’on essaye d’imposer.

Selon des observateurs avertis, le tonnage des cueillettes a toujours dépassé de loin les poids déclarés en l’espace des trois mois où la cueillette est autorisée. Un grand gâchis qui perdure sous l’oeil d’une commission de contrôle dépassée par les événements et en l’absence totale de toute stratégie Nationale de préservation de cette denrée, certes de grande valeur ajoutée, mais qui joue tout aussi bien un rôle fondamental dans l’équilibre de la biodiversité des milieux marins concernés.

Mais l’hécatombe ne  s’arrête pas à ce niveau là. les razzias ont aussi frappé sévèrement la population des oursins, mercelle des concombres de mer, de la palourde et de l’ormeau, sans la moindre considération réglementaire et encore moins environnementale.

Dépassés par l’événement, les responsables concernés qui se sont succédé dans la gestion de ce secteur n’ont fait qu’assister en spectateurs devant tous ces  monticules de carcasses d’oursins jonchant le long de la côte, et ainsi, ce sont des tonnes d’autres fruits de mer, dont certains sont très recherchés pour leurs vertus aphrodisiaques qui se sont engloutis  dans les circuits d’un marché noir aux contours indéterminés.

Tous ces ravages qui sont d’une intensité cruelle et dont les commanditaires n’obéissent qu’aux seules règles d’une demande étrangère très intéressée, ne peuvent être que le prélude d’un enchaînement de déséquilibres et de leurs effets secondaires de plus en plus pressentis. Les conséquences directes enregistrées de nos jours sont notables: les plateaux rocheux des côtes d’El Jadida, où foisonnaient autrefois tous ces fruits de mer, sont devenus sinistres, sans vie, et selon certaines sources proches des milieux, les pilleurs sont maintenant obligés de s’aventurer plus loin encore et en profondeur, pour traquer ce qui reste de ces populations sous marines.

Difficile de soulever cette problématique, au centre de laquelle la vie marine sur les côtes du Doukkala est au plus mal, sans parler de cette fameuse dorade royale que tous les professionnels de pêche à la ligne apprécient jusqu’à l’adoration. Ouled Rhanem représentait un véritable vivier pour cette espèce. Un incontournable lieu de pèlerinage pour les pêcheurs à la ligne qu’ils soient Nationaux ou étrangers, et qui affluaient à Ouled Rhanem par convois, pour taquiner la dorade royale, dont le poids pourrait atteindre les 10kg.

peche7Hélas, Ouled Rhanem ne représente plus aujourd’hui qu’un paradis perdu. La dorade royale se fait de plus en plus rare, sans qu’on se pose trop de questions sur les raisons de sa disparition. Pour certains mordus de ce genre de pêche, on évoque souvent les migrations naturelles, ou encore les effets de pollution en relation avec l’activité industrielle des unités de jorf lasfar.

Mais grande fut la surprise de ce grand connaisseur de tous les secrets de la mer en découvrant sur l’étalage d’un marchand de poissons des centaines de pièces de cette même dorade, dont le poids ne dépasse guère 25 à 50 grammes, et qui sont destinées à la vente par colliers. En guise d’information, il nous fait savoir que la scène de ce massacre se passe justement à Ouled Rhanem. Le nombre impressionnant des petites barques qui opèrent dans la zone avec leurs filets, n’a laissé aucune chance à la régénération de cette espèce  noble. Des milliers de ce poisson encore au stade juvénile, sont piégés par des filets dont les propriétaires sont inconscients de leurs actes, et de la spirale des bouleversements qu’ils déclenchent… Serait-ce là, l’une des raisons qui ont précipité la disparition de la dorade royale, au grand désespoir de tous ses adorateurs, pêcheurs à la ligne comme consommateurs?

En tout cas, les constats sont là, palpables, choquants… Quant à l’avenir de la vie marine sur les côtes d’El Jadida, on ne peut le deviner sans verser dans le pessimisme. Aujourd’hui, il s’avère que l’unique et fragile fil d’espoir auquel s’accroche toujours cette gracieuse et généreuse côte, reste tributaire des seuls pouvoirs de la conscience humaine et d’une réglementation qui se respecte et s’impose.

                                                                                                  CHAHID AHMED

http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/04/mer-1.jpg?fit=1024%2C1024http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/04/mer-1.jpg?resize=150%2C150adminsSociétéRares sont les nostalgiques qui se remémorent ces temps perdus à jamais, quand la ville d'Azemmour représentait la capitale incontestable de l'alose. Une richesse d'exceptionnelle importance, ayant suscité toutes les convoitises des Portugais de l'époque, au point de constituer un lourd tribut imposable à la ville, et que les...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires