abeilles1

EL JADIDA SCOOP

Les abeilles subissent une véritable hécatombe. Elles meurent de plus en plus et à une cadence anormale. Un apiculteur perd chaque année, autour du tiers de ses ruches.

Mais plus étonnant encore, c’est le silence des services concernés qui n’ont pas encore jugé utile de tirer la sonnette d’alarme.

Enfant, je me rappelle  encore de ces essaims d’abeilles  bourdonnant autour de la « chebbakia » du Ramadan. On avait parfois du mal à discerner le vendeur, tellement elles foisonnaient autour de lui, au point d’en faire écran.

 

Pour nous nous donner du courage et  approcher  sans risque d’être piqués, on n’arrêtait pas de répéter, comme une sorte de verset coranique, de sésame ou de  pacte de bon voisinage avec les abeilles : « Aammi saleh, lahmi maleh…. » !!!

Aujourd’hui, tout ceci n’est plus qu’un lointain souvenir.

Des fois, je me surprends  entrain de raconter ces histoires à mes enfants, qui ont du mal à se représenter ces tableaux, faits d’abeilles  foisonnant, faisant écran…

Cela ne peut être pour eux qu’une farce, une illusion…une histoire de plus, imaginée par leur papa, pour les distraire.

Cette incompréhension, est la preuve irréfutable, qu’entre mon enfance et la leur, les abeilles ont  disparu  à la vitesse grand V.

Et pourtant, sans ces abeilles, notre table ne sera plus jamais la même. : Plus de miel (ça va de soi), plus de café,  plus de fruits, sans oublier 80% des plantes à fleurs, pour qui les abeilles sont vectrices de pollen…  Il restera quelque chose comme du riz, de la pomme de terre …pour ne pas dire pas grand-chose à avoir sur nos tables !

Alors à quoi est-ce  due cette hécatombe ?

D’après les premières hypothèses, il y aurait d’abord les accidents naturels, mais aussi et surtout l’usage abusif des pesticides et insecticides. A cause de ces derniers, les abeilles vivent aujourd’hui dans une sorte de « désert vert ». En butinant sur des champs traités, les abeilles s’exposent au risque de voir leur système nerveux central  s’affecter, suivi d’une mort presque immédiate.

Certains pays d’Europe ont fini par interdire l’utilisation des pesticides en plein jour, quand les abeilles sont dehors et butinent. Mais cela ne se fait pas sans mal, car les  agriculteurs, ne trouvant pas leur compte dans cette « rétorsion », et font de la résistance.car pour ces derniers, une hypothèse n’est pas une preuve scientifique irréfutable. Par extension, tout mettre sur le dos  des pesticides en les pointant comme unique cause, serait vite aller en besogne..

Une situation qui n’arrange pas les affaires des défenseurs de l’environnement et encore moins celle…des abeilles.

Dernièrement, l’Angleterre a investi  12millions d’euros dans la recherche scientifique. Cela permettra d’une part de percer le mystère derrière cette surmortalité des abeilles et surtout de couper court à toutes les spéculations et surenchères.

Ceci nous amène aux questions suivantes :

Combien d’apiculteurs au Maroc, sont au courant de ce qui se fait ailleurs pour sauver nos abeilles  d’une disparition totale ?

Combien parmi nos « techniciens » en agriculture, en savent quelque chose  à ce propos ?

Au cas contraire, comment peut-on justifier ce mutisme devant cette situation  des plus préoccupantes ?

Si l’on en parle  aujourd-hui, c’est pour que nos enfants, nos petits enfants…  puissent continuer à chanter après nous, ce sésame magique, ce « pacte de bon voisinage » : « Sidi Saleh Lehmi Maleh… » et à prendre soin de la nature mieux que n’ont réussi à le faire leurs parents…Amen. .

http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/07/abeilles1.jpg?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/07/abeilles1.jpg?resize=150%2C150adminsLibre OpinionEL JADIDA SCOOP Les abeilles subissent une véritable hécatombe. Elles meurent de plus en plus et à une cadence anormale. Un apiculteur perd chaque année, autour du tiers de ses ruches. Mais plus étonnant encore, c’est le silence des services concernés qui n’ont pas encore jugé utile de tirer la sonnette...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires