RCOZ-DHJ :1-1 Ce Satané temps additionnel…

20181125_171318

El Jadida Scoop

Il y a des ces jours où une équipe joue la peur au ventre.

La peur au ventre parce qu’elle n’a plus droit à l’erreur.

La peur au ventre, parce que les bons résultats se sont faits, de plus en plus attendre, et qu’un mauvais résultat, un de plus, est capable de déclencher une crise au sein du club.

D’autant plus, que les ennemis du DHJ ne manquent pas. Ils sont même, parfois, des proches. Tellement proches qu’on aurait dit de la famille.

Mais  éloignés de sa gestion, ils n’arrivent toujours pas à avaler la pilule, et font tout ce qui est en leur pouvoir, pour créer la zizanie au sein du club..

Conscients de leur mission et évoluant  sous une pression sans pareille, les doukkalis, et dès l’entame du match, se sont montrés fébriles, « guindés », et même, un tant soit peu, perdus sur le terrain.

Heureusement pour nos cavaliers doukkalis, que l’arbitre n’a pas sifflé un penalty flagrant contre nous, suite à une main de Ba’maâmmar, que tout le monde a vu, sauf l’arbitre.

Un coup du sort, mais aussi un tournant dans ce match.

Un heureux coup du sort qui au lieu de nous terrasser, nous a permis de rester dans le match et de garder toutes nos chances intactes.

Mieux,  sur la contre attaque qui a suivi, le DHJ parvint même à marquer le but de la délivrance.

Dès lors, on a senti que les joueurs jdidis ont commencé à sortir de leur torpeur et à évacuer   toute cette pression qui les empêchait de se libérer et de donner tout ce qu’ils avaient.

Et tout au long du second half, le DHJ n’a fait que chercher le break. Ce but qui lui aurait permis de se mettre à l’abri d’un contre chanceux des joueurs  cherkaouis. Un but largement à sa portée n’eut été la précipitation et le manque de sang froid.

Certes le RCOZ a failli égaliser à la 75’ quand le ballon et suite à un tir lifté d’un attaquant, passa de peu à côté. Mais les joueurs jdids semblaient sûr d’eux et donnaient l’impression d’avoir l’expérience nécessaire pour sauvegarder le score, jusqu’au coup de sifflet final.

DHJ-RCOZ  est un match qui aurait pu permettre aux doukkalis d’empocher les trois points de la victoire. Des points  doublement précieux, puisqu’ils auraient permis aux doukkalis de rester coller au peloton de tête tout en retrouvant le moral et une confiance en leurs moyens, ô combien précieuse pour la suite du championnat !

Mais tout a basculé lors des quatre minutes du temps additionnel. Le RCOZ parvient à égaliser, suite à un coup franc direct et bénéficia d’un penalty dans la minute suivante.

Un tournant du match Hitchcockien, et une fin de match cauchemardesque pour tous les jdidis.

Les cherkaouis  qui n’attendaient que le coup de sifflet final de l’arbitre, étaient à deux doigts d’ empocher les trois points du match, si le penalty avait été transformé. Ce qui aurait constitué un véritable hold-up. Le   DHJ ne méritait pas un tel sort.

Un avertissement sans trop de conséquence pour le DHJ, puisqu’en football, dominer …n’est pas gagner.

Related posts

Leave a Comment