rachid2

Par : Abdellah HANBALI

Cet artiste a su reprendre à son compte les leçons des grands maitres impressionnistes en y apportant une variation et une certaine nouveauté. Souks, folklores, paysages d’Andalousie constituent pour lui des sujets de choix qu’il reproduit en utilisant essentiellement la technique de l’empâtement et de l’étalement des plans, pour une perspective atmosphérique délimitée par les couleurs.

Lauréat de l’Ecole Nationale des Beaux Arts de Tétouan, adepte de la peinture néo-figurative, il ne tarit pas d’éloges à l’encontre de celui qu’il considère comme son maitre : BERECHI, le fondateur en 1942 de cette école de Tétouan et son premier directeur.

« J’ai apprécié en Berrechi sa quête continue pour une variété à même de vous pousser à oser et à vous distinguer du lot. »

Le néo-figuratif ainsi que l’impressionnisme ont marqué l’art pictural du 19ème siècle. Et malgré le fait qu’une majorité de peintres marocains s’y adonnent aujourd’hui, Rachid a su intelligemment donner une direction propre à son pinceau et se distinguer à travers la mise en place  d’une atmosphère unique. Cette particularité distingue ses œuvres et capte l’attention partout où il expose.

Le savant dosage des couleurs, la maîtrise des lumières, des formes, des fonds, parviennent à créer une magnifique harmonie, que seuls une formation académique doublée d’un talent hors pair sont capables d’engendrer.

rachid2

Et c’est ce talent, cette quête de nouveautés, cette passion et cette persévérance, qui viennent de lui valoir dernièrement, le premier prix international de Pékin en Art Contemporain.

«Pour éviter de tomber dans le piège des toiles-cartes postales et ne pas laisser ma formation académique me cantonner dans un registre restreint, je commence par déconstruire mes tableaux avant de les construire. Le résultat final est un mélange d’interprétations, de rêve et de nostalgie. Chaque toile est l’expression de mes états d’âme. On y trouve jusqu’au côté inconscient de mon regard de petit môme de Sidi Ifni et la couleur ocre si dominante dans le sud du Maroc.»

Rachid fait partie de cette catégorie de peintres mus par la passion, dotés d’une grande capacité du travail et de patience. Ces valeurs les poussent à reprendre l’œuvre, plusieurs fois, sans jamais se lasser ni se décourager, jusqu’à atteindre enfin l’aboutissement.

Le succès de sa dernière exposition en Angleterre, vient de confirmer, encore une fois, que ce jeune peintre fait partie de ces artistes contemporains singuliers et dont l’œuvre chemine sereinement vers une notoriété internationale.

RACHID

 

 

 

 

 

http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/07/RACHID.jpg?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/07/RACHID.jpg?resize=142%2C148adminsArrêt Sur ImagePar : Abdellah HANBALI Cet artiste a su reprendre à son compte les leçons des grands maitres impressionnistes en y apportant une variation et une certaine nouveauté. Souks, folklores, paysages d’Andalousie constituent pour lui des sujets de choix qu’il reproduit en utilisant essentiellement la technique de l’empâtement et de l’étalement des plans, pour une perspective atmosphérique délimitée par les couleurs. Lauréat de l'Ecole...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires