Que peut/doit faire Bencheikha contre la stérilité offensive de son équipe ?

Contrairement aux déclarations de Salaheddine Mouktarid sur les ondes de radio Mars, le plus inquiétant au sein de cette équipe du DHJ, ne sont pas les erreurs défensives, individuelles ou pas, de son arrière garde, mais la stérilité offensive de l’équipe depuis plus de 06 matchs.

Parce qu’une équipe qui ne parvient pas à marquer, ne veut pas seulement dire, que sa ligne d’attaque est  faible, mais  que sa ligne médiane (Karnass, Hadraf et compagnie) ne sont pas mieux lotis et par extension, ne font pas convenablement leur travail pour alimenter leurs attaquants avec de « bons ballons. »

Cela  souligne aussi, que la défense « flotte », car obligée de supporter tout le poids du match, et que sans que les directives de Bencheikha versent nécessairement dans ce sens, la ligne médiane se trouve acculée à se replier pour prêter main forte à l’arrière garde, plutôt qu’à l’attaque.

Mais ce qui est encore plus grave, c’est que cela souligne que l’équipe dans sa totalité est faible et qu’elle est incapable d’appliquer un quelconque schéma tactique de son entraineur.

Par extension, cela souligne que ce dernier a lamentablement échoué avec le Difaâ, depuis son arrivée, et à ce jour. Car son travail, bon ou mauvais, passe inaperçu aux yeux de tous.

Cela souligne aussi, tout acte humanitaire et/ou solidaire à part, qu’il est plus que temps pour laisser l’homme partir travailler sous d’autres cieux et d’essayer d’emprunter un autre « sentier », à même de mener (peut être, car le mal est profond) l’équipe à bon port et de lui éviter le pire.

Un tel acharnement de la part du comité dirigeant à garder Bencheikha, souligne, si besoin est, leurs limites et leur peur à se retrouver seuls, livrés à eux-mêmes et acculés à prendre les décisions qui s’imposent et qu’exige la situation actuelle du Difaâ.

Que Mouktarid et Bencheikha ne cessent de nous rabattre les oreilles avec les erreurs individuelles de certains défenseurs, tout en passant sous silence la stérilité de l’attaque et par extension la faiblesse de tout « le schéma tactique » et de la qualité des joueurs, capables de l’exécuter, est une aberration, émanant de la part de personnes censées connaitre les b-a-ba du football.

En attendant Godot, les matchs défilent et se ressemblent pour le DHJ : l’équipe encaisse des buts (sur des erreurs défensives individuelles, de temps à autre), mais surtout, ne marque pas depuis 06 matchs…

Du jamais vu dans l’histoire du club.

Et dire que ce sont des « experts » en football qui ont procédé aux recrutements des joueurs et à la libération d’autres…Wa Baaz.

El Jadida Scoop

Related posts

Leave a Comment