Il était une fois à El Jadida, des parcs et des espaces verts dont elle s’enorgueillissait, et qui faisaient la fierté des anciens mazaganais.

Aujourd’hui, on aurait peine à croire qu’ils étaient aussi beaux qu’on le raconte, car l’état de la dégradation et de la désolation où ils se trouvent est si grand qu’il défie toute imagination.

Il y’avait le parc Spiney, conçu dans les années trente du siècle dernier comme un vrai petit paradis, avec ses deux bassins aux poissons multicolores provenant des quatre coins du monde, des singes, un court de tennis, un café dont toute la beauté résidait dans son double vitrage qui laissait entrevoir l’espace intérieur décoré de lianes, d’arbrisseaux et contenait des dizaines d’oiseaux, de toutes les espèces et de toutes les couleurs, une sorte de jardin exotique, dont la contemplation était toujours une source d’émerveillement.

Un tel parc aurait pu être le meilleur parc au Maroc s’il avait fait l’objet de plus d’attention de la part des autorités concernées.

Il y’avait le parc Mohamed V, petite merveille architecturale aussi, avec ses bassins de poissons et nénuphars, sa pergola aux beaux massifs savamment dessinés et fleuris, ses essences rares comme le dragonnier, arbre majestueux qui trônait en son beau milieu, ainsi que la stèle de feu Mohamed V.

Mais hélas, au fil du temps, il est devenu un vrai dépotoir poussiéreux, un refuge aux drogués et alcooliques, sa riche flore a dépéri et il ne reste plus que quelques arbres rabougris , dont certains qui sont morts ou dépérissant sur pieds, ont déjà fait des victimes parmi des citoyens venus chercher un peu de verdure et de chlorophylle..

Même le dragonnier célèbre par sa longévité se trouve dans un état déplorable. Et la stèle du défunt roi a été subtilisée on ne sait comment.

Il y’avait le parc Abdelkrim El Khattabi (ex-parc Gallieni), qui était célèbre par ses quatre vasques en marbre de Carrare (amenés d’Europe par le Sultan Moulay Abdelhafid en 1910), dont il n’en reste plus que deux, dans un état déplorable.

Ne parlons pas de ses arbres qui ont dépéri faute d’entretien.

Aujourd’hui, le paysage qui s’offre dans ces parcs est malheureusement scandaleux puisque ces lieux sont devenus, à la longue, une honte au sens propre du terme et sont appréhendés par les habitants qui se respectent et chérissent ce patrimoine voué à la déperdition.

Ces lieux théoriquement privilégiés, conçus pour accueillir des familles en quête d’une petite détente et d’un repos à l’air libre, sont actuellement, au vu et au su de tous, squattés par les générateurs de divers maux sociaux, voire la consommation de drogues et psychotropes, alcool … des sueurs froides nous parcourent, si par malheur on s’y aventure seuls de nuit comme de jour.

Sincèrement parlant, nous sommes fatigués de cette litanie, il y’avait à El jadida…El jadida était … On souhaiterait bien dire : El jadida est la ville la plus propre, la plus belle, tout y est magnifique, et la voir au moins retrouver sa splendeur passée à défaut d’autre chose…

Tous les rêves et les espoirs sont permis..

Khadija Benerhziel

http://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/11/el.PARC_MOHAMMED_V_2-2.jpghttp://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/11/el.PARC_MOHAMMED_V_2-2-150x150.jpgadminsArrêt Sur ImageIl était une fois à El Jadida, des parcs et des espaces verts dont elle s’enorgueillissait, et qui faisaient la fierté des anciens mazaganais. Aujourd'hui, on aurait peine à croire qu'ils étaient aussi beaux qu'on le raconte, car l'état de la dégradation et de la désolation où ils se trouvent...Source de L'information Fiable