« Suis-je rêve ou réalité ? » et « Naufragé entre rêve et réalité ». Ce sont les titres des nouveaux romans d’Abderrahim Mofaddel, 61 ans, chirurgien, né à El Jadida. « Ce ne sont pas des livres sur mon travail, mais c’est en quelques sortes grâce à la suggestion de mon fils », confie ce chirurgien féru de littérature, qui écrit pour illustrer ses pensées.

moufaddal-2

  L’histoire ? C’est la synthèse de deux familles dont l’usage de vie était opposé, qui se sont rencontrées sur la trame d’une chronologie de viol, d’exode, d’échangisme, du fanatisme religieux, de voile et de drogue…

Que serait l’avenir de la planète porteuse de l’humanité vu par le prisme de l’immigration forcée ? La nature de l’Homme est-elle échangeable et peut-on vivre
dans la quiétude et la mansuétude?

Sommes-nous habilités au domptage  de la suprématie mentale pour nous permettre de modeler convenablement et honnêtement nos pensées avec nous-mêmes et avec les autres afin que la morale reprenne son pouvoir et que nos mains cessent de charpenter la réduction définitive à néant de toute viabilité ?

Ne sommes-nous pas en train de transformer cette terre en un paradis factice et illusoire ?

 moufaddal-3

  Chirurgien et écrivain. Abderrahim n’a en fait jamais fait la différence. Car il a commencé à écrire très tôt, bien avant d’être médecin. Il sait ce que c’est que soigner et ce que c’est écrire, il l’a appris par conviction. Et c’est le meilleur modèle qui soit. Pour lui, soigner ou écrire c’est être au service de l’homme. Car ce qu’il aime à travers ces deux « passions » c’est d’abord ne pas nuire, soulager quelqu’un chaque fois qu’on le peut, et ne pas porter de jugement sur les gens. Il a une éthique de la chirurgie et de l’écriture qui se définit de la manière suivante : ne pas trahir la confiance et l’honneur que les gens lui font et pratiquer le devoir de partage du savoir acquis.

Son objectif, c’est qu’en soignant les gens, c’est qu’ils soient soulagés physiquement et moralement, qu’ils voient les choses de manière plus claire. Dans ce processus, le fait d’écrire des livres participe de son rôle de soignant et de son épanouissement personnel. Mais il ne voit pas de différence fondamentale entre le fait de soigner et le fait d’écrire. Car, pour lui, le fait d’écrire n’est pas incompatible avec l’exercice de la médecine, il lui semble en être le prolongement naturel.

En plus, cela part du principe que le rôle du soignant n’est pas de faire mécaniquement un diagnostic, mais de prendre chaque personne comme un texte littéraire qui est en train de s’écrire. Il faut donc être un très bon auditeur et interagir avec le patient comme le lecteur le fait avec le livre…« Naufragé entre rêve et réalité » et « Suis-je rêve ou réalité ? », ce sont deux romans à lire et à relire…En voici un passage :

Un pas… véritable destinée

— Ceci me fait revivre, continua Ahmed, un voyage à travers le temps riche en émotions, à la recherche d’une époque et des lieux lointains, pittoresques et qui traduisent une vérité.

Le souvenir d’une période qui n’est pas comme les autres.

Ce fut un beau matin qui a illuminé ma vie, de ce troisième jour du mois de Novembre de mes sept ans, habillé en short à bretelles rouges, je me sentais bien, je me sentais moi, sans aucune entrave.

Ce jour-là, c’était le jour de ‘’ma’’ rentrée scolaire, orphelin de père, j’étais accompagné par un ‘’Monsieur’’ que j’ai nommé « Mon sauveur ». Cela annonçait le commencement d’une nouvelle vie.

Mes camarades de classe y étaient déjà depuis un mois…trois jours et une demi-heure, à une époque où le 1er Octobre marquait la rentrée officielle des classes.

Le Directeur me livra tel un paquet sans conviction à la maîtresse. Cette dernière me fit placer au dernier rang. Je n’avais comme fourniture scolaire que mes mains vides, et pour me les remplir, elle m’avait offert une plume, un porte-plume, deux cahiers et un crayon.

Ce jour-là, trois temps et trois faits extraordinaires, inoubliables, vivaces comme au premier jour, ont changé le cours de ma vie et laissé une empreinte indélébile, restée suspendue dans mon subconscient à jamais, illustrant mon véritable âge d’or. Archivés dans tous les recoins de mon corps, ils m’accompagnent encore là où je suis, là où je vais, jusqu’au dernier lieu où je serai enterré avec ce tatouage de vie.

Ces événements sont:

*Être félicité par mon institutrice pour avoir su écrire correctement la lettre ’’ U’’ ; un départ vers l’avenir.

* Être sorti du monde de l’ignorance et poser un premier pas dans le monde de la connaissance.

*être sauvé par quelqu’un qui a cru en moi.

Je me demande où je serais aujourd’hui s’il n’y avait pas eu ce « moment sauvé de ma vie ».

De tout cela, il ne me reste que des souvenirs, mais où en sont les lendemains ?

Par: Haj Abdelmajid Nejdi

 

 

 

http://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/11/moufaddal-3.jpghttp://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/11/moufaddal-3-150x150.jpgadminsLibre Opinion  « Suis-je rêve ou réalité ? » et « Naufragé entre rêve et réalité ». Ce sont les titres des nouveaux romans d’Abderrahim Mofaddel, 61 ans, chirurgien, né à El Jadida. « Ce ne sont pas des livres sur mon travail, mais c’est en quelques sortes grâce à la suggestion de mon fils », confie ce chirurgien...Source de L'information Fiable