Présentation à Casablanca de l’ouvrage « Le lycée Imam Malik dans les années 70 »

Par Mustapha Jmahri

« L’histoire a bien voulu nous réunir aujourd’hui à Casablanca après tant d’années passées, nous les milliers de l’Imam Malik » c’est par cette belle parole que le docteur Mohammed Hassaoui, professeur à l’université Mohammed V, et ancien élève interne du lycée Imam Malik à Casablanca, a réagi lors du café littéraire organisé vendredi 18 février 2022 au club Hamadani des enseignants à Hay Hassani à Casablanca.

Organisé par l’Association marocaine des victimes du terrorisme, présidée par Madame Souad Begdouri El-Khammal, ancienne professeure au même lycée dans les années 80, ce café littéraire a eu comme sujet la présentation de l’ouvrage collectif, en langue arabe, sorti récemment sous le titre « Le lycée Imam Malik à Casablanca dans les années 70. Les métamorphoses d’une génération ». La présentation de ce recueil de témoignages d’anciens élèves et professeurs du dit lycée a drainé au club Hamadani un parterre d’intellectuels et enseignants qui ont évoqué le rôle positif de l’école publique dans la formation de plusieurs générations de Marocaines et de Marocains. Le professeur Hassaoui a proposé que la deuxième édition de l’ouvrage porte comme sous-titre « Les milliers de l’Imam Malik » en référence au lycée casablancais, sis au quartier Belvédère, qui a formé plusieurs contingents d’élèves issus de la capitale économique ainsi que des villages et petites villes voisines dans les années 60 et 70.

Le docteur Abdellah Ziouziou, modérateur du café littéraire, a notamment mis en exergue un certain nombre de valeurs de citoyenneté, d’ouverture et de modernité qui émanent des témoignages de cet ouvrage et qui se croisent tout à fait avec les valeurs de l’association, organisatrice de l’événement, dont il est le vice-président. Il a donné ensuite la parole aux deux auteurs de l’ouvrage Ahmed Layouni et Mustapha Jmahri qui ont, tous deux, souligné la méthodologie et le parcours entrepris pour sa réalisation et sa préparation, animés en cela par un devoir de fidélité et de reconnaissance envers une institution qui leur a donné : un savoir et un avenir.

Le professeur Abdellatif Youssefi, préfacier du livre, et ancien délégué du ministère de l’Education nationale à Casablanca, a, quant à lui, mis l’accent sur la nécessité d’octroyer les moyens nécessaires à l’école publique pour qu’elle puisse jouer son rôle social et culturel au sein de la société et dans la formation des jeunes générations comme elle l’a fait, et à merveille, pour les générations des années 60 et 70. Il a également appelé les anciens de cet établissement à contribuer à la continuation de son rayonnement.

Hammadi Guerroum, critique de cinéma, bachelier du lycée Imam Malik en 1970,  et Mohammed Balaji, professeur universitaire, ancien enseignant au même lycée dès 1968, ont, pour leur part, présenté un témoignage dans lequel ils soulignèrent que le lycée Imam Malik, établissement d’excellence créé en 1936, n’a pu réaliser tous ces bons résultats que grâce à la contribution de plusieurs éléments : un bon internat, un proviseur rigoureux, feu Larbi Amor, un staff administratif efficace et un corps enseignant maroco-français compétent. Le coté architectural de l’établissement n’a pas échappé à l’analyse dans la mesure que sa forme fermée sur l’extérieur, avec de hautes murailles, a permis de focaliser l’attention des élèves sur l’essentiel, les études et la vie interne.

Après un débat fructueux entre l’assistance et les intervenants, Madame Khadija Benrrahou, proviseure actuelle du lycée Imam Malik, a informé que son établissement organisera une rencontre de présentation de cet ouvrage fin mars prochain.

Related posts

Leave a Comment