aziz

Par: Abdellah Hanbali

Aziz El Mehdi, dit, Sindibad Doukkala est un photographe invétéré. Il est aussi bien à l’aise dans un stade, un festival ou un Moussem.

Il a ce don, d’être toujours là où il faut et au moment où il faut, pour nous faire ses prises magnifiques. Des photos recherchés par tous, mais que seul l’expérience et un savoir jumelé à de la sensibilité, de l’attention, du questionnement et de l’émotion, sont à même de nous permettre leur réalisation.

Lors du Moussem de Moulay Abdellah Amghar, Aziz El Mehdi a organisé une exposition sous le thème de Tbourida et  cavaliers marocains

Une exposition visitée par des dizaines de milliers de visiteurs et à leur tête, le ministre de la culture et celui de la jeunesse et des sports, lors de leur passage au Moussem, sans oublier notre gouverneur.

Des photos qu’on aurait dit des toiles nous  peignant des regards fiers, un port altier, la poussière soulevée par les folles chevauchées, la fumée du baroud sous un soleil couchant , les fusils damasquinés, les poires à poudre, les poignards, les Jellabas, les baudriers, les bottes de cuir…

Toute la panoplie du cavalier marocain est là, immortalisée à jamais.

Une beauté indicible et une mise en valeur de tout un pan de notre culture. Des prises à la hauteur de notre légende et des ambiances surchauffées de la Tbaourida.

Une visite guidée,  qu’il nous suffit parfois de fermer les yeux, pour s’y sentir dedans et de s’y laisser emporter.

Les prises d’Aziz El Mehdi sont spectaculaires et belles. Les cavalcades, immortalisées à jamais,  sont à l’image de l’amour qu’éprouvent les marocains  à l’égard de la plus noble des conquêtes de l’Homme : le cheval.

Le visiteur est subjugué par le talent de cet artiste-photographe. L’atmosphère crée est telle que l’on peut deviner aisément  les  senteurs âcres de la poudre, le son des sabots lancés au galop, les YouYous des admiratrices, les cris du Allam (leader de la Sorba) et  les sons de l’Aita , jouée un peu partout dans le Moussem .

Tous les ingrédients sont là. Ils nous font une belle reconstitution des airs de fêtes d’antan, et nous replongent sans peine, dans cet univers unique  qu’est la Tbaourida.

Un univers  qu’on semble négliger aujourd’hui, au point de le réduire au rang d’un folklore, bon à amuser les touristes, au lieu d’en faire une  véritable fierté nationale.

Grand Merci à Aziz El Mehdi, notre Sindibad doukkali. Un photographe en or, car tes belles prises  expriment la gaieté et reflètent Doukkala.

aziz 1

http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/08/aziz.jpg?fit=1024%2C1024http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/08/aziz.jpg?resize=150%2C150adminsArt & CulturePar: Abdellah Hanbali Aziz El Mehdi, dit, Sindibad Doukkala est un photographe invétéré. Il est aussi bien à l’aise dans un stade, un festival ou un Moussem. Il a ce don, d’être toujours là où il faut et au moment où il faut, pour nous faire ses prises magnifiques. Des photos...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires