PALESTINE12

Par: Ahmed Benhima

D’abord, il y eut la déclaration de Balfour qui constitue une violation flagrante du droit international et un crime de guerre caractérisé dont les conséquences désastreuses, pour le peuple palestinien en particulier, se poursuivent et se poursuivront aussi longtemps qu’il n’aura pas un Etat indépendant, vivable et souverain. Ensuite, il y eut les accords d’Oslo dont l’échec était prévisible dès le départ.  En effet, qu’est-ce qu’un accord entre un Etat puissant, en capacité d’imposer sa politique de colonisation et une population sans Etat, sans soutien (pas même des arabes) et sans moyens pour résister et se défendre ? Face au déni de l’histoire et à l’irrespect du droit, aucune puissance mondiale, aucun organisme international n’a assumé pleinement ses responsabilités.  Les USA, officiellement médiateur impartial des deux camps (« Honest broker ») s’est révélé obstinément tendancieux et franchement hostile aux occupés. Il a toujours apporté un appui massif, un soutien inconditionnel et illimité à Israël qui en a profité allègrement pour construire davantage de colonies, pour ériger une barrière de séparation dite « mur de la honte » afin de transformer les données sur le terrain et d’imposer le fait accompli, pour recourir à l’usage de la force disproportionnée contre les colonsés et pour saboter systématiquement et délibérement toute tentative de recherche de paix juste et durable. Après plus de 20 ans de tergiversations, les palestiniens ont réalisé qu’ils s’étaient trop précipités en abandonnant sans contrepartie le combat et la résistance armée si fructueux des années 70 et 80 et des « intifadas (soulèvements populaires) du début des années 90. Ils avaient tout sacrifié pour des illusions et des chimères. Ils n’ont aujourd’hui d’autres alternatives que de resserer leurs rangs et de reprendre leur combat contre l’occupant et contre les symboles de son occupation. Ils n’auront d’autres appuis que ceux des peuples et des intellectuels du monde libre. L’expérience du passé a prouvé l’efficacité de cette stratégie.

Récemment encore, Donald Trump, en conformité avec sa partialité criante, a déclenché une crise qui a surpris, scandalisé et fâché même ses alliés en proclamant, avec une désinvolture et une arrogance inédites, Al Qods capitale de l’Etat hébreux. Des manifestations à travers le monde ont aussitôt éclaté. Les non musulmans rejettent le principe, dénoncent la procédure et blâment le président. En fureur, les musulmans critiquent l’inertie de leurs dirigeants, manifestent leur colère et crient de toutes leurs forces que la ville d’Al Qods (d’abord entière puis seulement Est) est la capitale éternelle de l’Etat de La Palestine, arabe et multiconfessionnelle. Les palpitations de nos cœurs, en parfaite concertation avec nos sentiments d’injustice et d’humiliation, nous secouent profondémement et sincèrement.  Mais que savons-nous au juste de l’histoire de cette région, de cette ville sainte de Jérusalem, de sa mosquée (première des deux quiblas et troisième lieu saint) auxquels nous sommes tant attachés ? Nos écoles n’enseignent pas l’histoire autrement qu’en bribes pour meubler le temps scolaire ou exciter les masses populaires en temps de crise et de conflits. Ne nous étonnons donc pas si nous n’identifions pas avec précision nos partenaires et nos adversaires.Nos écoles abhorrent la raison et son usage. Nos réactions sont plus souvent impulsives que réflechies. Devant les épreuves, nos sentiments répondent plus vite et plus fort que notre intelligence.

Par sa décision arbitraire, « le gendarme américain » a jeté un pavé lourd, très lourd dans notre mare. Il nous a forcé à ouvrir nos yeux trop longtemps fermés sur notre misère faite d’illusions, d’ignorance et de guerres fratricides. Notre réveil requiert l’instauration dans chacun de nos pays d’un enseignement public généralisé, homogène et efficient pour revoir notre éducation, pour résusciter notre civisme, pour nous apprendre à nous respecter et à respecter autrui et pour nous donner le goût et l’habitude du bon sens et de la raison.Cet enseignement, aujourd’hui inexistant chez nous, est indispensable parce qu’il est la clé des problèmes de toutes les nations qui sont à la traîne.

http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/07/PALESTINE12.jpg?fit=1024%2C1024http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/07/PALESTINE12.jpg?resize=150%2C150adminsLibre OpinionPar: Ahmed Benhima D’abord, il y eut la déclaration de Balfour qui constitue une violation flagrante du droit international et un crime de guerre caractérisé dont les conséquences désastreuses, pour le peuple palestinien en particulier, se poursuivent et se poursuivront aussi longtemps qu’il n’aura pas un Etat indépendant, vivable et...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires