ouchane2

En remontant l’Oum Errabii en amont, nous avons, sur sa rive gauche, à quelques dizaines de mètres de son embouchure, le  fameux Sanctuaire de Lalla Aicha Al Bahria. Face à lui, de l’autre côté de la rive, on a le Sanctuaire du non moins célèbre, le Saint Sidi Ouaâdoud.

C’est donc dans un tel environnement, imprégné de Marabouts, et des légendes qui s’en rapportent ; dans cet univers opaque, rythmé de mysticisme et nourri de mystères, qu’a grandi notre artiste-pentre, Abdelouadoud Ouchane et qui n’est autre finalement, que petit fils du Saint Sidi Ouaâdoud.

Enfant, ses journées étaient nourries par  les nombreuses histoires miraculeuses, contées sur ces sacro-saints et par l’admiration du rougeâtre d’un soleil couchant, du bleu azur d’un ciel et d’un océan qui n’en faisaient qu’un au loin à l’horizon, sans oublier le jaune scintillant provenant des lumières d’El Jadida, si proche et si lointaine à la fois. …

Enfant  Abdelouadoud passait son temps à contempler ces vues panoramiques qui l’éblouissait et à rêver. Son imagination ne cessait de galoper.…

C’est donc à travers ce ballotement entre univers métaphysique maraboutique et rigueur du quotidien, que l’enfant grandissait.

Aujourd’hui c’est à travers ses toiles que cet artiste-peintre a choisi d’extérioriser son vécu et de le partager avec autrui. Chaque toile est une matérialisation de son enfance et de son vécu et chacune lui en donne corps et âme.

Son choix pour certains processus difficiles et laborieux ainsi que pour des couleurs qu’il semble avoir directement puisé dans sa nature ; sa réalité vécue et sa quête de l’expression visuelle et esthétique, laisse déceler une objectivité qui lui est propre et un champ de vision personnel.
Nous avons des peintures qui ne sont pas seulement des compositions unissant avec maitrise et habilité des matériaux plastiques, mais nous avons aussi des recherches de l’invisible et… du non dit : L’usage des symboliques est omniprésent dans ses toiles. Au même titre d’ailleurs que les arcades des médinas, des hommes enturbannés en djellabas… Ils réfèrent tous à ce réel implacable du quotidien. Ils embellissent le regard et apaisent les âmes. Tous suggèrent à chacun de leur imaginer une suite.

La reformulation de cette géométrie intérieure que traduit l’attitude de tels personnages semble avoir hanté son imagination depuis ses débuts car la forme pour lui comme pour les adeptes de son école (impressionnisme) est en soi une symbolique. Le jeu de la couleur et des ondulations des traits consiste aussi à articuler les mouvances des aplats et la rigueur de la signification. Et dans sa transposition onirique de la réalité, l’enfant de Sidi Ouaâdoud est entrain de devenir une référence dans le genre et une grande fierté pour cette grande ville d’Arts et d’Artistes : Azemmour

Abdelouadoud Ouchane, expose  à l’Institut français, du 12 au 31 mars , sous le thème « Des symboles et des signes ».

OUCHANE1

 

http://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/03/OUCHANE.jpghttp://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/03/OUCHANE-150x150.jpgadminsZoomEn remontant l’Oum Errabii en amont, nous avons, sur sa rive gauche, à quelques dizaines de mètres de son embouchure, le  fameux Sanctuaire de Lalla Aicha Al Bahria. Face à lui, de l’autre côté de la rive, on a le Sanctuaire du non moins célèbre, le Saint Sidi Ouaâdoud. C’est...Source de L'information Fiable