Nuits du Ramadan : Grand Merci… pour une si belle fête

institut.f

Maâlem Hassan Bassou

eljadidascoop

Si les Nuits du Ramadan, organisées par l’Institut français d’El-Jadida connaissent le succès qui est le leur aujourd’hui, c’est sans conteste parce qu’ils ont trouvé le bon concept : une musique porteuse de valeurs universelles, de partage et de tolérance, une programmation  ambitieuse  et éclectique,  et   un public venu se détendre et découvrir.

Co-organisées avec la Direction régionale du Ministère de la Culture à El-Jadida, cette 10ème édition  a été marquée par la participation des artistes comme Titi Robin et Mehdi Nassouli, Maâlem Hassan Boussou, Jean-pierre Smadja alias Smadj, Soufiane Saidi (invités par l’Institut), mais aussi  par Sttawna (groupe d’Essaouira), Houariyate (Houara) et l’orchestre Rabiâ Al Malhoune d’Azemour (invités par la Direction régionale).

institut.f2

Houariyates

Des artistes venus, comme on le remarque,  d’horizons divers, avec des tendances musicales actuelles et qui prouvent si besoin est, que   l’émotion transmise par des notes de musique ou par la grâce de quelques pas de danse, transcende les frontières.

L’objectif premier d’après les organisateurs, est de créer une animation dans la ville d’El-Jadida durant le Ramadan, tout en respectant la sacralité de ce mois et son ambiance spirituelle, d’où ce choix très minutieux des artistes et groupes  à proposer au public, afin d’offrir un panorama musical diversifié et de satisfaire un maximum de goûts.

institut.f1

Cependant, certains spectateur n’ont pas apprécié le choix des artistes proposés par la Direction régionale du Ministère de la Culture à El-Jadida, non parce qu’ils ne sont pas à la hauteur, mais parce qu’en tant que Direction de la culture à El-Jadida, elle est appelée à encourager les groupes locaux et à leur servir de tremplin, le temps qu’ils se constituent une réputation régionale et nationale. Et les questions qui reviennent en leitmotiv, c’est de savoir, pourquoi Houariyates (Houara) et pas Aouniyates (Aounate) ? Et pourquoi Sttawna et pas Tissa ou autres ?…Surtout que question interaction et feedback avec le public jdidi, rien ne vaut un Oueld ou Bent Leblad

Ceci dit, nous tenons à remercier, encore une fois, l’Institut français et la Direction de la Culture à El-Jadida pour l’excellent plateau d’artistes, proposé lors de cette 10ème  édition, ainsi que pour leur magnifique organisation.

 institut.f3

 Le Directeur de l’Institut français d’El-Jadida (g) et le Délégué de la Direction régionale de la Culture à El-Jadida (D).

Related posts

Leave a Comment