ARTISTE.BOULAAGUIRBAT

Par: Abdellatif Cherraf

Qui a perdu la raison ? Les personnages de ma petite histoire  nostalgique, des rejetés par la société, ou ceux, qui font justement cette société, ou bien faut-il de tout pour faire une société ?

Aujourd’hui on ne les voit plus ces pauvres gens qu’on qualifiait de fous à El-Jadida. Et pour cause, ils sont pratiquement tous décédés… Sauf, j’espère qu’il est toujours en vie, notre ami Abdellah, connu sous le surnom de « à ta place » « Bach à 3aw-3aw ».

 artiste.ataplace

Abdellah, dit« A ta place »

 Ce bonhomme, je l’avais vu, il y a environ deux ans au Douar Touajna d’où il est originaire. Je n’ai pas hésité une seconde pour lui demander, comment il allait et ce qu’il faisait là. Il me répondit par un sourire chaleureux, les yeux pleins de larmes, non pas d’émotion provoquée par les retrouvailles  mais tout bonnement par l’opacité du cristallin de ses yeux. Une cataracte !

Les retrouvailles ! Figurez-vous qu’il m’avait reconnu. Et comment, c’était le dernier mohican avec lequel j’avais l’habitude, assez souvent,  de prendre un café « noss-noss » comme il adorait le dire au garçon qui lui répondit « wakhâ bâ Abdellah», façon de me communiquer  qu’il le connaissait ! Voilà maintenant plus d’une décennie, que les gens,  avaient l’habitude de  le voir  faire la navette du centre ville en exécutant des mouvements de karatéka tout en sueur et criant « à ta place » à celui que lui seul  « voyait ».

Notons que d’après plusieurs témoignages concordants, Bach à 3aw-3aw était professeur de mathématiques à Safi…avant de « péter les plombs ».

En général, cette exhibition de fou, selon ces gens-là se déroulait le matin ! Hormis cet instant de « folie », Abdellah ne faisait du mal à personne et ne demandait l’aumône à personne. Après salate Al-Asr, il attendait gentiment au coin du café jaouhara qu’un ami se pointe pour lui offrir son « noss-noss » !

Voilà un p’tit aperçu de ce que fut la vie « citadine » d’Abdellah, qui rentrait probablement le soir au Douar…et rebelote le lendemain  jusqu’au jour où il ne pouvait plus descendre en ville, handicapé par le poids de l’âge et sa cataracte…

 ARTISTE.KHNIYNA

Avant lui, la grande poste était le secteur de Kh’ninna et L’mouche Al Maran. Deux aliénés qui se connaissaient et chacun respectait la zone de l’autre. On les surnommait ainsi, vu que, le premier avait toujours la mucosité qui coulait de son nez et toujours armé d’une barre de fer pour se défendre contre les gamins qui lui cherchaient noise ! Celui-ci dessinait, assez souvent, sur le mur de la poste, sis derrière le panneau de publicité du cinéma Marhaba (actuellement, centre commercial),  muni d’un crayon, un paquebot dont la cheminée dégageait des spirales de fumée, cap sur la plage et juste à côté de ce dessin,  la montre classique qu’on accroche à la poche du gilet par une chaînette indiquait 15 heures pile, suspendue à un clou ! Que voulait-il dire,  Kh’ninna par ce graffiti ? Dieu, seul le sait.

artiste.aicha

 Quant à L’mouche, rien qu’à la prononciation du mot « mouche », il piquait une crise et vociférait des injures tout en s’enfuyant dans tous les sens ou  vers le théâtre municipal, le secteur de son ami Lafdiha Tibari.

artistes2

Tibari Lafdiha

 Ce dernier avait l’habitude de le couvrir et de chasser les garnements dont quelques  cranes  téméraires étaient marqués par une bosse signée Kh’niyna ! Tibari Lafdiha par rapport aux autres n’était pas fou du tout, mais  connaissait mieux que tout autre, ceux qu’on traitait de fous ! Ce dernier, porteur de son état, gagnait sa vie à la sueur de ses épaules et dépannait toujours ; L’mouche, Khniyna et Alami… Le bonhomme fou du Difaâ Hassani Jadidi… Alami, connu par les portiers du stade municipal avait l’accès libre au terrain de football.  Il ne ratait aucun match et adorait qu’on lui parle, en bien de l’équipe jdidi. Il avait des pieds immenses. Toujours pieds nus, il sillonnait pratiquement toute la ville, tête couverte d’un tarbouche rouge ! Son lieu de repos, café Oueld Allaouiya…  Il y avait aussi  Bbicha  Laqraê.

artistes1 (2)

Ghou-ghou

Le mendiant à la tête pointue, au sommet du crâne une touffe de poils.  Les chenapans le taquinaient au souk  laqdim,  au risque de prendre un coup de la barre de fer de Bouicha…Avant Bbicha Laqraê, les gosses  s’en  prenaient  à  Kafayoure,  mais de très, très loin, car, ils avaient affaire à une vraie armoire ! Celui-ci était grand de taille et tel Obélix, portait sur ses larges épaules une immense « rozma » de torchons qu’il ramassait  devants les «  H’laifias », rue Tchikito, hôtels de Nice et Bordeaux…En bifurquant à gauche, on tombe sur la rue de bbay9late, juste à côté de la petite boutique de l’artisan des paniers  d’osier. Là où habitait notre ami, Beniousse. Une rue tellement étroite que les gamins téméraires, des quartiers al-Mers et Lqal3a, prenaient comme raccourci pour aller à la plage. Mais gare à Bbiqlate ! L’homme qui ne sentait pas les enfants … Dans toute cette histoire de fous, il y avait aussi  celle d’une femme, Lalla Meyem. Cette dernière, parait-il, avait flippé à cause d’un amour impossible, à l’époque ! Elle s’était éprise d’un militaire sénégalais. Cette femme ne craignait personne et criait son amour à toute la caserne (école Charcot) dans, le mince espoir,  de voir sortir son amour ! A l’époque Affama, sbire des français, était la terreur des marocains révoltés ! A l’image de Lalla Merym, il y avait Mmihya. L’homme qui ne dessaoulait jamais ! Armé de sa bouteille, il scandait, à longueur de la journée, « vive le Roi » ! Même Affama n’y pouvait rien… Lalla Meryem et Affama étaient-ils  comme les autres ? Des fous ? That is the question.

ARTISTE.11

 A Cet ère, aller osons le dire, El-Jadida était un village qui comptait quelques quartiers, des bidons-villes, trois salles de cinéma, un théâtre qui fonctionnait à plein régime, une salle couverte de sports, un mini-golf, le phare, le petit port de loisir, le petit aéroport, un seul grand hôtel, un hôpital, 4 pharmacies, un lycée, quelques grands taxis, quelques fiacres, un seul  commissariat, une municipalité, trois grande mosquées, un terrain de foot, un clos de tennis, deux aquariums à ciel ouvert : parc Mohamed V et parc Spinny,

jdida.aquarium

 Aquariums à ciel ouvert

beaucoup de verdure et  aucune anarchie au niveau de l’architecture urbain. Les fous d’El-Jadida qui, à vrai dire n’étaient pas des fous, faisaient partie intégrante de toute la beauté de Mazagan-EL-Jadida.

 

ARTISTE22

http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/05/artiste.ataplace.jpg?fit=1024%2C1024http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/05/artiste.ataplace.jpg?resize=150%2C150adminsRadar Sur El JadidaPar: Abdellatif Cherraf Qui a perdu la raison ? Les personnages de ma petite histoire  nostalgique, des rejetés par la société, ou ceux, qui font justement cette société, ou bien faut-il de tout pour faire une société ? Aujourd’hui on ne les voit plus ces pauvres gens qu’on qualifiait de fous à El-Jadida....Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires