Moussem Moulay Abdellah : « Motor Al Khatar » ou l’histoire d’un homme qui risque sa vie, à chaque numéro, pour trois fois rien.

motor1

ELJADIDASCOOP

Pour à peine 5 DH le ticket, l’homme accomplit des prouesses à couper le souffle aux plus blasés d’entre nous. Ce Spiderman marocain monte jusqu’en haut du chapiteau pour serrer la main à un spectateur, prendre un billet de banque, une simple cigarette tendue…

Que les lumières soient éteints, que son visage soit voilé par un drapeau ou que ses pieds restent ballants vers le bas, l’homme effectue chaque geste avec aisance.

Chapeau bas l’Artiste !

Cependant, on se demande  pourquoi l’homme ne porte pas un casque ?

Un accident arrive vite et au moment où l’on s’y attend le moins. En sport automobile, plusieurs champions  ont laissé leurs vies dans les circuits. Rares sont ceux qui ne sont jamais sortis de piste ou eu des accrochages. Mais s’ils sont toujours en vie, c’est que les constructeurs  n’ont jamais cessé d’améliorer et de perfectionner l’habitacle de ces derniers et les résultats sont au bout.

Mais au Moussem de Moulay Abdellah et pour cinq malheureux dirhams, notre motard continue à risquer sa vie à chaque montée. A chaque numéro il tente d’épater le public, surprendre même les habitués.

Or, ni lui, ni ceux qui restent en bas de ce « mur de la mort », n’ont la moindre protection en cas de pépin.

Partout au  monde, ce spectacle n’a lieu sans casque, pourquoi pas à Moulay Abdellah et partout ailleurs dans le pays ?

Pourquoi ne pas lui coller une amende à chaque qu’il est surpris, faire son numéro, sans protection.

A l’heure de  tous ces spots publicitaires et des campagnes policières contre les non porteurs du casque, on aurait  réussi un joli  coup de pub en obligeant « motor Al Khatar » (la moto de la mort) à mettre dorénavant un casque à chacune de ses montées…et pour la première fois dans les annales.

motor

 

Related posts

Leave a Comment