Moussem Moulay Abdellah Amghar du 7 au 14 Aout 2015… POINT DE PRESSE : Plus de 500.000 visiteurs, 22.500 TENTES ET 36OO CAVALIERS AU RENDEZ-VOUS SPIRITUEL DE MOULAY ABDELLAH AMGHAR

fantasia (2)

Par:    HAJ ABDELLATIF CHERRAF

Les années passent mais ne se ressemblent pas pour l’un des grands et ancestraux moussems du Royaume, selon l’une des commissions chargée de l’organisation de ce rendez-vous spirituel et dont le porte-parole n’est autre que l’incontournable Tahar de la province d’El-Jadida. Sur l’estrade de la salle de réunion de Mazagan Beach Resort, il était entouré des délégués de la culture et du tourisme, du président de la commune de Moulay Abdellah et du représentant du Majlisse Al Ilmi…Celui-ci, après avoir brossé un tableau sur les péripéties des préparations annuelles du moussem de Moulay Abdellah,  ouvrit les débats inter commission présente d’organisation et le parterre de journalistes en grand nombre locaux ! De ce jeu classique, question-réponse, on a relevé que beaucoup de choses restent à faire pour arriver à la perfection ! Notamment au niveau de l’infrastructure où moult brèches  sont à colmater quoique, selon Tahar, qui a tenu à préciser qu’il ne faisait pas la fine bouche,  que depuis l’arrivée du gouverneur Mouad Jamaî, le moussem de Moulay Abdellah a beaucoup évolué à tous les niveaux…Et que son organisation s’étalait sur toute l’année !

C’est vrai que cette année, les visiteurs vont découvrir que l’avenue principale de Moulay Abdellah sera éclairée par ces immenses bougies électriques aux filons bleuâtres mais il serait souhaitable de multiplier le nombre de W.C et d’espaces poubelles ainsi que des voies publiques pour que la fluidité de la foule et  des deux, trois, voire quatre roues  soit parfaite et que tout le monde y trouve son compte ! Alors que dire de la verdure et de ce manque flagrant d’arbres à Moulay Abdellah ! Ces arbres qui offriraient  une ombre  tant recherché par les occupants des 36000 tentes plantées justement à l’occasion du moussem de Moulay Abdellah. Des arbres, des palmiers, et pourquoi pas des haies d’ibiscus, de romarin ou de laurier pour délimiter les chemins qui seront aménager et pour toujours dans l’espace territorial réservé au moussem de Moulay Abdellah ? Tiens une question intéressante au paysagiste de la province d’El-Jadida. Qu’en pensent les responsables de la commune de Moulay Abdellah ? Peut-être une corvée de plus et des dépenses inutiles d’entretien ! Cela dit, tout est bien à Moulay Abdellah pour les gens biens et que la fête commence dans la joie et le bonheur spirituel  dans le mausolée de Moulay Abdellah.

Avant de boucler ce point de presse, on ne laissera pas passer sous silence que sur l’affiche du moussem il n’y a aucun écriteau en langue berbère !

                                                                                                                                          

Related posts

Leave a Comment