Mouna-Hachim-(2014-01-13)Par :Mouna Hachim (Anthropologue et écrivain)

 C’est une évidence historique que le Maroc est d’origine amazighe…  L’histoire, en passant par l’anthropologie, la linguistique, la généalogie, la toponymie… tout prouve que le Maroc est Amazigh depuis des siècles… L’élément amazigh autochtone, commun à toute l’Afrique du Nord et qu’Ibn Khaldoun divise en trois principaux groupes, ramifiés chacun en d’innombrables branches: les sédentaires Masmouda, les nomades sahariens Sanhaja et les cavaliers orientaux zénètes. Les Masmouda peuplaient tout le Maroc en dehors de quelques localités sanhajiennes avec pour principales tribus, les Ghomara le long de la côte méditerranéenne jusqu’à l’Atlantique, et de là jusqu’à la Tamesna (actuelle Chaouia). Entre les deux fleuves-frontières Bouregreg et Oum Rebiî, ce sont les Amazighs Berghouata de la Tamesna, fondateurs d’une principauté hérétique du VIIIe au XIIe siècle. Ils y laisseraient encore comme vestiges, le nom d’Oulad Saleh chez les Oulad Hariz et les Mdakra, du nom de leur chef religieux, Saleh ben Tarif. Enfin, du fleuve Oum Rebiî aux montagnes de l’Atlas se trouvent les Masmouda proprement dit qui se subdivisent en deux groupes: les Masmouda de la montagne (Ourika, Hazmira…) et les Masmouda de la plaine, tels les Doukkala ou les Regraga dont les moines guerriers sont considérés comme les premiers islamisateurs des Berbères et chantres de l’orthodoxie.

 mouna-hachim

 A l’avènement de l’Islam et contrairement aux préjugés relatifs à la Conquête, les Arabes étaient trop peu nombreux, nous incitant à une différenciation entre islamisation et arabisation. Certains ont laissé des noms adulés, tel Habib ben Youssef El-Fihri qui donne son appellation au Jbel Hbib ou Yasslou, issu de la lignée de Abban, fils du calife Othmane dont les descendants sont les Béni Warith Yasslouti renommés chez les Béni Zeroual dans le Rif occidental. D’autres émigrants ont formé des principautés avec l’aide des populations locales, tel l’émirat de Nekkour, fondé dans le Rif en 809 par le Yéménite, Salah Ibn Mansour. Ces Arabes de la Conquête sont en revanche accompagnés par un grand mouvement de populations zénètes venues de l’Est, considérées comme les plus orientales des Berbères. Parmi ce groupe, certains rangent les Aouraba, entrés au Maroc suite à la défaite de leur chef Qosayla en 686 contre l’armée omeyyade à l’ouest de Kairouan. Installés au Zerhoun, ils s’illustrent en 789 par leur allégeance à Idris Ier et lui accordent pour épouse Kenza l’Aourabienne, mère de tous les Idrissides. Ils furent suivis dans cette allégeance par d’autres tribus zénètes (Zouagha, Louata, Seddina, Sedrata, Maghila, Mediouna, Bahloula…) qui vivaient sur le territoire de Fès et dans ses alentours.

Ce mouvement de populations atteindra les plaines atlantiques, notamment la Tamesna où sont dénombrés à titre d’exemple les Béni Ifren dont sont issus les Mediouna et les Mzab qui y laissent leurs noms jusqu’à nos jours, tandis que le toponyme Zenata est notoire dans la banlieue de Casablanca. Les Beni Ifren furent également prédominants à Doukkala, de même qu’à Salé à la fin du Xe siècle, le Moyen-Atlas et Fès où ils règnent sept ans avant d’être vaincus par les Almoravides. Leurs frères-ennemis Maghraoua qui résidaient également près de Carthage à l’époque romaine auraient été islamisés dès la première campagne arabe en 649, durant le califat d’Othmane qui nomma leur chef gouverneur de Tlemcen. Leurs descendants y régneront jusqu’en 972-3, année dite de Loqmane El-Maghraoui, pendant laquelle ils atteignirent le Maroc, formant plusieurs principautés, vassales des Omeyyades, dominant pendant un siècle, jusqu’à leur éviction par les Almoravides. Parmi ces émirats: les Béni Ouanoudin de Sefrou; les Beni Atiya, maîtres de Fès et de Tlemcen et fondateurs d’Oujda; les Maghraoua d’Aghmat; les Beni Khazroun de Sijilmassa…Les Meknassa, quant à eux, résidaient sur les bords de la Molouya, avant de profiter de la faiblesse idrisside pour s’installer dans les vallées des Oueds Ouislane et Boufekane, puis de fonder Meknès. Vainqueurs des Idrissides qu’ils expulsent de Fès au Xe siècle, l’un de leurs princes était Moussa El-Afiya, vassal des Fatimides chiite d’Ifriqiya qu’il désavoua en faveur des Omeyyades, ce qui causera sa perte; tandis que ses descendants, maîtres de Guercif, furent à leur tour décimés par les Almoravides. L’introduction de dogmes dissidents fut en effet marquante chez ces tribus en réaction à l’oppression des gouverneurs omeyyades, accusés de népotisme en faveur de leur clan. C’est le cas des Mdaghra ou des Houara qui ont adopté quant à eux le kharijisme-sofrite. L’unité, faut-il donc le rappeler, était loin d’être totalement imposée par les Idrissides.

Difficile à ce niveau de rester insensible à la symbolique de l’émergence de dynasties berbères: almoravide, almohade et mérinide. La dynastie almoravide fait partie d’une des trois grandes branches de la famille berbère, dite Sanhaja. Elle est distinguée géographiquement en Sanhaja de la Qibla, résidant le versant sud de l’Atlas et Sanhaja du Nord (« De l’ombre » ou « Aït Oumalou »). Leurs traces étaient aussi présentes dans la région de Tanger qu’à Oued Ouergha, la région d’Azemmour ou le Moyen-Atlas. Quant au Sud, il était parcouru de l’Atlas jusqu’aux rives du fleuve Sénégal par les grands nomades qui fondent en 1056, sous l’inspiration de leur chef religieux malikite, Abd-Allah ben Yacine, l’empire almoravide avant d’être supplanté en 1147 par les Masmoudiens almohades issus de l’Atlas. C’est durant ce règne que les tribus bédouines hilaliennes furent massivement amenées de l’Est, à cause de leurs turbulences, pour peupler les plaines atlantiques dont elles contribuèrent grandement à l’arabisation. A Doukkala par exemple, les populations hostiles aux Almohades subirent les conséquences de leur opposition avec leur déportation et l’installation à leur place d’éléments arabes. Dans la vallée du Souss, on assiste pareillement à l’arrivée depuis le Sahara de tribus arabes Maâqil (Oulad Jerrar, Chbanate, Oulad Dlim…) à l’appel du chef rebelle Ali Aït Idder, avant d’effectuer au XVIe siècle une montée vers le Haouz de Marrakech et le Gharb…D’autres groupes arabes seront introduits par la dernière vague zénète qui aboutit à la fondation de la dynastie mérinide mais qui accorda toutefois la prééminence aux populations-sœurs qui les avaient soutenues durant leur règne et qu’ils n’hésitèrent pas à installer à la place de tumultueuses tribus bédouines.

Le nom même  de Chaouia ne fut officialisé à la place de Tamesna qu’au X Ve siècle, en référence aux activités pastorales des Zénètes et de leurs surintendants bédouins. Ainsi malgré l’arabisation des plaines, l’amazighe demeure un élément clef subsistant dans la toponymie, la langue vernaculaire darija métissée de berbère, la foisonnante tradition orale, les fêtes ancestrales comme Yennayer perpétuant un rite agraire multiséculaire, les arts traditionnels comme les tatouages, le travail des bijoux jusqu’au tissage qui fait reproduire des inscriptions proches du Tifinagh…

En somme, l’amazighe est une composante si fondamentale de notre identité marocaine (et maghrébine) que nous tous, amazighophones et arabophones devons mener un combat commun afin de voir triompher des causes identitaires et culturelles légitimes, sans que la justesse des revendications ne fige notre pensée critique ni ne nous fasse avaliser la moindre forme de cloisonnement et de clivage.

 

http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2016/02/Mouna-Hachim-2014-01-13.jpg?fit=1024%2C1024http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2016/02/Mouna-Hachim-2014-01-13.jpg?resize=150%2C150adminsInternationalPar :Mouna Hachim (Anthropologue et écrivain)  C’est une évidence historique que le Maroc est d’origine amazighe…  L’histoire, en passant par l’anthropologie, la linguistique, la généalogie, la toponymie… tout prouve que le Maroc est Amazigh depuis des siècles… L’élément amazigh autochtone, commun à toute l’Afrique du Nord et qu’Ibn Khaldoun divise en trois principaux groupes,...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires