On a beau y penser, on avoue que la base sur laquelle se font les choix des entraîneurs au DHJ, reste une énigme, pour ne pas dire une Équation des plus difficiles à résoudre.

Pourquoi ? Eh bien tout simplement parce que lorsqu’on porte son choix sur des entraîneurs de « grand calibre », ceux qui demandent des mensualités flirtant avec les 30 millions de centimes, c’est que nécessairement et par la force des choses, on possède une équipe aguerrie, compétitive…et  avec la quelle on veut gagner des titres.

Lorsqu’on fait appel à un Hassan Shehata, un Hubert Velud, un Abdelkader Lamrani, un Bencheikha, un  Zaki, voire un Talib…C’est qu’on détient déjà cette équipe aguerrie, compétitive… et ne nous manque plus qu’un « Boss » pour bien les encadrer et les mener à bon port.

Mais d’engager ces entraîneurs aux grands cachets, abdiquer à leurs lubies et toutes leurs demandes : choix de entraîneur adjoint, du préparateur physique…voire du directeur sportif, pour  mettre à leur disposition une équipe de jeunes « espoirs », manquant de confiance en leurs potentialités et n’arrivant pas encore à se libérer lors d’un match pour faire étalage de tout leur talent, il y a de quoi se poser plus d’une question et notamment sur le (s) but (s) fixé (s) par le bureau dirigeant…si but (s) il y a avec ce bureau.

Et c’est cette incompréhension, cette incompatibilité et cette inadéquation qui ont poussé tous ces entraîneurs à sauter du « Navire DHJ » avant qu’il ne coule et qu’ils ne coulent avec. Parce que ces entraîneurs sont de la trempe de ceux qui sont habitués à jouer pour gagner des titres et non pour chuter dans les divisions inférieures.

Certes, avant de partir,  ils ont tous et sans exception, demandé à ce que l’équipe soit renforcée. Mais devant le Niet du bureau dirigeant,  un bureau  raisonnant à sa manière et mettant la charrue avant les bœufs…la cause était entendue et tous ces entraîneurs ont réalisé (soudainement) qu’ils sont face à des amateurs ; des personnes qui ne sont pas à leurs véritables places ; des parvenus et des parachutés d’en ne sait où, ni par qui…

Alors, jusqu’à quand va durer cette mascarade ?

Jusqu’à quand allons-nous continuer à assister à cette dilapidation de l’argent du contribuable, sans oser lever le ton et demander des comptes ?

A quoi bon démarrer une saison avec Zaki pour la terminer avec Amanallah ?

A quoi bon entamer une saison avec Bencheikha pour la clôturer avec un Belarabi…

Non qu’Amanallah, Belarabi ou autres, ne possèdent pas les qualités requises, mais ce n’est pas ainsi qu’on gère une équipe professionnelle.

Trébucher une fois, cela peut arriver à n’importe qui. Mais le faire à chaque fois, ceci porte un autre nom : l’Incompétence.

El Jadida Scoop  

   

http://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2020/10/bencheikha.jpghttp://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2020/10/bencheikha-150x150.jpgadminsZoomOn a beau y penser, on avoue que la base sur laquelle se font les choix des entraîneurs au DHJ, reste une énigme, pour ne pas dire une Équation des plus difficiles à résoudre. Pourquoi ? Eh bien tout simplement parce que lorsqu’on porte son choix sur des entraîneurs de...Source de L'information Fiable