dhj.public12

Par: Abdellah hANBALI

Jadis, lorsque je regardais notre fameuse RTM,  un match de Coupe d’Europe des nations ou de la Ligue des Champions , le spectacle existait autant sur la pelouse que dans les tribunes.

Et comment voulez-vous qu’on  ne  succombe pas au charme d’un public de Liverpool, qui continue  de danser et de chanter son célèbre « you’ll never walk alone », alors que son équipe est menée au score à quelques minutes du sifflet final ?

Comment ne pas se laisser séduire par un public exécutant sa « Ola » avec une perfection et un timing dignes des plus grands chorégraphes de la planète ?

FB_IMG_1539443848056Avez-vous déjà vu ce merveilleux public du Celtic, debout mains  tendues en avant accompagner un joueur sur le point de tirer un penalty ou tout autre pied arrêté, d’un Hééééé pour l’achever d’un Hoooo au moment du tir ?

Y a-t-il meilleure façon pour un joueur de se sentir épauler par des dizaines de milliers de supporters que celle-ci ?

On sentait le stade vibrer et le suspense à son paroxysme.

Vous souvenez-vous du merveilleux public du Chaudron, lorsque l’équipe de Saint Etienne évoluait à domicile ?

Et ce merveilleux public qui s’émerveillait des chevauchée d’un Piazza, des gestes techniques d’un Michel Larqué ou des arrêts d’un Curcovic.

Ce sont là des  moments de grande émotion. Des moments qui ne se racontent pas, mais se vivent à l’intérieur d’un stade. Des moments aux effets magiques.

Au théâtre, on aurait , de théâtre dans le théâtre.

Si on évoque ce sujet aujourd’hui, c’est parce qu’à El-Jadida, le public a déserté le stade depuis des années.

L’explication à laquelle on est parvenu, c’est qu’aussi bien les supporters dits « CH’MICHA » que « DOS KApublic55LLAS » sont tenus d’une main de faire  par des gens qui veulent nuire au club.

Via ce public de jeunes, parfois même mineurs, certains cherchent à déstabiliser le club et pousser les dirigeants actuels à la démission.

Ces gens sont connus de tous, puisqu’ils ont présidé aux destinées du club par le passé.

Amers et furieux, ils semblent prêts   à tout aujourd’hui, pour reprendre « leur bien ».

Par leur égoïsme, ils oublient qu’ils privent un club, cher  à des centaines de milliers de fans, à travers le royaume, de son atout majeur : son public.

Le Gouverneur ferait mieux de convoquer ces énergumènes et leur intimer l’ordre de laisser les dirigeants actuels travailler dans un climat sain.

Le stade Al Abdi doit retrouver son puBlic. Car il est incompréhensible qu’un club professionnel, continue à évoluer devant à peine quelques centaines de supporters …et encore.

Je rêve du jour où le stade Al Abdi se remettra à vibrer de nouveau.

Des jours qui viendront me rappeler mon enfance, et où à chaque fois que  je me rendais au stade, ce fut un moment de pur bonheur.

FB_IMG_1539443835365J’aimais toujours me mettre près du groupe de Gnaoua qui ne cessait presque jamais de jouer. Une musique qui faisait vibrer ma frêle poitrine, tout en amadouant cette peur qui me tétanisait à l’idée que mon DHJ, encaisse un but à domicile et se trouve mené au score.

C’était l’ère des Maâroufi, Chaidmi, Al Abdi Ben M’Hamed, Tahtaoui, Abdelouahab…

Et lorsqu’il  arrive que le DHJ marque (cela arrivait souvent d’ailleurs) et que c’était « la fête » dans le stade municipal, c’est toujours le même refrain… la même rengaine qui revient à chaque fois, ou presque.

Le Manolo d’El Jadida se met à taper comme un forcené sur son tambour,FB_IMG_1539443861432 en criant à tue-tête : « Wa Difaâ » et un public en transe, qu’on aurait dit,des disciples envoûtés, lui répond en chœur… Ztorotot . Et ça donnait le refrain suivant : – Wa difaâ…

-Ztorotot….

-Wa difaâ…

-Ztorotot….

-Wa difaâ…

-Ztorotot…

Le refrain accompagné de danse… de transe, dure et perdure….  jusqu’à ce qu’une contre attaque de l’équipe adverse ou une faute de l’arbitre ne vient gâcher « cette fête » et y mettre un terme.

Je me suis longuement demandé sur le sens réel de ce ZTOROTOT, mais en vain… Est-ce l’imitation d’un instrument quelconque de musique qu’on n’avait pas les moyens, à l’époque, de se payer  et qui  nous faisait défaut ?

-Est-ce une sorte de Haka (chant de guerre des équipes New-zélandaises du Rugby) pour doper les joueurs doukkalis ?

Personne ne donnait l’impression  d’en savoir plus…

Il parait que le père a encouragé, parait-il, le DHJ en criant ztorotot. Le fils crie à son tour ztorotot et son enfant fera à coup sûr de même, jusqu’à…

Tout cela pour dire que chaque public a ses spécificités, pourvu qu’il s’amuse et passe du bon temps au stade en encourageant son équipe favorite.FB_IMG_1543561417962

Notre rêve aujourd’hui est que les supporters doukkalis regarnissent le stade comme avant.

Et aujourd’hui que les moyens semblent ne pas manquer, ne faut-il pas penser à payer un auteur-compositeur pour élaborer des chants, à la hauteur de notre DHJ d’aujourd’hui et des moyens dont ils disposent ?

Parce que même en revenant, et à part le « Ztorotot » précité, le public jdidi  chante aussi quelques « tubes »  empruntés au public rajaoui comme « khadra ou bayda… », mais ce ne sont pas les nôtres.

Et aujourd’hui qu’on est à la veille de recevoir le Mouloudia d’Oujda, notre souhait est de voir le stade retrouver les supporters du DHJ. Des spectateurs et des Fans disciplinés et qui sachent faire la fête, au point d’en devenir un spectacle dans le spectacle.

Wa Difaâ…Ztorotot…Wa Difaaaaaâ…Ztorotot…

Sans rancune…aucune !

dhj.public15

http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/11/public.dhj1_.jpg?fit=1024%2C1024http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/11/public.dhj1_.jpg?resize=150%2C150adminsSportPar: Abdellah hANBALI Jadis, lorsque je regardais notre fameuse RTM,  un match de Coupe d’Europe des nations ou de la Ligue des Champions , le spectacle existait autant sur la pelouse que dans les tribunes. Et comment voulez-vous qu’on  ne  succombe pas au charme d’un public de Liverpool, qui continue  de...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires