LU POUR VOUS par ABDELLATIF CHERRAF…L’AIR DES MOTS :

SS5

 

   UN HOMME, UN INSTRUMENT

Selon Aristote, la musique adoucit les mœurs en donnant le goût des actions désintéressées et libres. A vos instruments !

——————————-Adolphe Sax, l’inventeur du saxophone

Adolphe Sax voit le jour le 6 novembre 1814 à Dinant, une ville francophone de Belgique. Fils d’un facteur d’instruments de musique réputé en Wallonie. Adolphe fabrique dès l’âge de 15 ans, des clarinettes de grande qualité, il maitrise tellement son art qu’il finit par être interdit du concours  en Belgique ! En 1841, il déménage à Paris et s’attelle à la conception d’un nouvel instrument « qui par le caractère de sa voix put se rapprocher des instruments à cordes, mais qui possédât plus de force et d’intensité que ces derniers ». Le brevet du « saxophone » (le suffixe grec phone signifie « voix ») est déposé en 1846. Grand ami de Sax, Hector Berlioz composera la première œuvre avec saxophone, le Chant sacré pour sextuor à vent. Lors de sa création, Adolphe a assuré la partie du sax. Encore aujourd’hui, le saxophone trouve difficilement sa place dans les orchestres d’opéra. Ce sont les jazzmen noirs américains qui lui ont donné ses lettres de noblesse en l’intégrant dans leurs  formations dès 1925.

——————————-Léo Fender le pape de la guitare électronique

Clarence Léonidas Fender a 30 ans, au début des années 1940, quand il invente par accident la première  guitare électronique en bois plein. « Léo » Fender vient fonder une société de fabrication de guitares et d’amplificateurs avec un certain « Doc » Kauffman. Afin d’essayer des micros électromagnétiques pour des acoustiques, ils imaginent une « fausse guitare ». Elle a pour corps un morceau de bois. Promise au succès, la Fender  Télécaster (en référence au nouveau média qui est la télévision) est née. Empruntant son nom à la conquête spatial, la stratocaster apparaitra en 1954. La « strat » est devenue la guitare la plus populaire et la plus copiée au monde. Mais léo Fender n’a jamais appris à jouer de la guitare !

—————————–Antonio Stradivari. L’as du stradivarius

Né en 1644 et mort à 93 ans, à Crémona, Italie, Antonio Giacomo Stradivarius reste LA référence absolue au sein de la profession des luthiers. Contrairement à une idée reçue, ses plans d’instruments et secrets de fabrication sont connus. Il choisissait l’épicéa pour la table, l’érable pour le fond et privilégiait la période de coupe par nuit d’hiver et lune descendante. Le vernis dont il avait toujours refusé de révéler la formule n’avait rien d’original. En 2009, une équipe de scientifiques français et allemands a découvert qu’il utilisait un simple vernis à l’huile ! D’où vient alors que ses 600 violons, 50 violoncelles et 12 altos sont des pièces extraordinaires ? Mystère ! Fabriqué en 1714 par  Antonio Stradivari et acquis en 1950 par Yehudi Ménuhin, le « Soil » (du nom de l’industriel Amédée Soil qui l’a acquis en1902) est considéré comme le meilleur violon de tous les temps. « Il avait un grand défaut, raconte le luthier français Etienne Vatelot. Il éclatait comme une cathédrale dès qu’on posait l’archet sur la corde »

——————————Romain Bigot et le bigophone

Le « bigo(t)phone » (le mot évolue par la suite en perdant son (t) d’origine) a été inventé en 1881 par le parisien Romain Bigot. L’homme vendait sur des champs de foire des « cornets à bouquin », des sortes de flûtes à becs pour faire le maximum de bruit pendant le carnaval de Paris. L         e bigophone se compose d’une embouchure à laquelle s’aboute un tube en carton qui peut prendre des formes variées : serpent, cheminée ou escargot aux proportions gigantesques. Son originalité vient de ce que tout le monde peut en jouer. Il suffit de chanter dans l’embouchure ! Rendu nasillarde, la voix est ensuite plus ou moins amplifiée par le cornet. Encore aujourd’hui la question se pose si on doit ranger le bigophone parmi les « vrais »  instruments  musicaux ou comme simple porte-voix.        

Related posts

Leave a Comment