Lotfi ATTOBI : Les Toiles… Equations

attobi-lotfi

Par: Abdellah HANBALI

Lotfi ATTOBI est né en 1962 à Rabat.
Après ses études, il enseigne depuis plus de vingt ans et peint en parallèle.
Cet artiste autodidacte a vécu en France dès dix huit ans, notamment à Paris, Reims et Lille.Il est venu à la peinture presque spontanément dans sa quête sur le fonctionnement du cerveau. En effet, là où les outils apprivoisés dans le cadre de ses études (Automatismes, Mathématiques) ont failli à calmer sa soif de sens, la peinture ravive chez lui un nouveau souffle et l’embarque dans un autre espace de réflexion. Elle devient pour lui une expression et une alliée de la vie.

Depuis plus d’une vingtaine d’années,  chaque peinture est pour lui, acte de réflexions, d’expressions et d’un travail singulier.  Chacun  des titres de ses toiles peut être une porte d’entrée dans son univers :
– « Le démembrement des certitudes »,
– «Tout cesse sans cesse »,
– « L’étrange rencontre du familier »,
– « Discours recevable »
– « Accords discordants »…

Dans une culture arabe ou la quête du sens est un moteur et un aboutissement en soi, les toiles de Lotfi Attolbi peuvent être déroutantes de prime abord, car ce sens tant recherché est décliné en une multitude de fractions de sens autonomes. Chaque toile est un déluge de sens. Chacune en est l’image d’un sens délirant, d’un sens éparpillé dans tous les sens, pour un « non sens » imaginaire.

Ces Equations, pardon ces toiles, n’acceptent ni jugements lucides, ni analyses à tête reposée, car elles sont le produit d’une peinture de spontanéité et d’action, une de ces peintures qui vous happent et vous envoûtent dés l’instant précis où votre regard les croise.
Et c’est ce premier impact, bien avant les impressions premières, bien avant que votre esprit ne se mette à penser et à retrouver toute l’étendue de sa lucidité pour juger, qu’il faudra chercher ce « sens », cette clé du sésame.

Notre univers est devenu un réseau de communication de tous genres. Aucune frontière n’est réelle, toutes ne sont plus que virtuelles et les toiles de Lotfi ne dérogent pas à cette règle.

Toutes ces Tangentes, je veux dire ces lignes qui traversent la toile dans tous les sens et qui peuvent s’apparenter au réseau d’une carte de métro ou carte téléphonique… ne sont pas des Probabilités, car  Lotfi accepte tout ce qui arrive. Et ce qui arrive n’est que l’expression subjective de chaque être. C’est l’ensemble de tous ces sens subis et suggérés, une fois mis bout à bout sur une toile, qui finit par donner le plein sens.

Chaque toile de Lotfi est faite de Données, de suggestions et de bribes éparses, mais autonomes. Chaque bribes est là, tantôt à vous défier, à vous narguer et à vous proposer un jeu selon ses règles, pour mieux se déjouer de vous et tantôt à vous conduire, comme en visite guidé vers une autre partie de la toile, une autre partie du puzzle ou elle finit allègrement par s’imbriquer et se lier.

lotfi1

Chaque toile n’est que la suite d’une précédente. Aucune n’est une fin en soi. Chacune s’inspire des unes pour inspirer les autres. Tout est relié. L’unité dans la diversité. Le royaume des…Ensembles Entiers.

– « Il m’arrive de travailler sur dix tableaux à la fois. Certains m’ont pris 6 mois avant que je les termine. Mais au final aucun de mes tableaux ne ressemble à un autre : Les couleurs diffèrent, la lumière…je n’aime pas faire partie de ces peintres desquels, dès qu’on a vu un seul tableau, on a l’impression d’en avoir vu la totalité ».

Dans ses œuvres, l’artiste cherche dans l’acte de peindre, ce geste spontané qui serait un prolongement de sa pensée, comme si l’expression de son questionnement devait passer par le corps, son corps.

Voilà ce qu’il nous dit encore à propos de sa peinture : « … les adultes que nous sommes ont perdu cette richesse qui leur permettait d’embrasser les détails éparpillés en un acte immédiat et unique de compréhension … cette réflexion m’a conduit à chercher une peinture dont la structure suggère un univers dont l’architecture pourrait rejoindre le mode de fonctionnement de la pensée ».

Un Algorithme d’alchimie de l ‘Ego et du rythme pour œuvre Intégrale !
« Que La carte ne soit pas le territoire, « thème de cette exposition ; que « les montagnes finissent par se rejoindre » ; que tout ne soit que communication et réseaux ; que cela se fasse par des Automatismes visibles ou occultes… qu’importe, avec Lotfi c’est toute la science des mathématiques qui retrouve un goût  romantique, le temps d’un regard.

C’est aussi le mathématicien qui se dissout dans le peintre, pour séduire et envoûter le temps d’une exorcisation…le temps d’une Toile.

???????????????????????????????

 

 

Related posts

Leave a Comment