incivilité Feu-rouge-grille-930x620

Par: Khadija Benerhziel

Il était une fois la société marocaine,  une société où régnaient la politesse, le « swab » (la bienséance), le bon vivre ensemble en toute convivialité.

Une société où les jeunes respectaient les plus âgés, ne harcelaient pas les femmes ouvertement en public, où personne n’osait jeter ses déchets dans les rues, ne crachait  ni urinait devant ses semblables.

Où est passé ce  temps  où nos parents, bien qu’analphabètes pour la plupart,  nous  apprenaient les valeurs humaines qui résident dans le respect, l’entraide mutuelle, l’honnêteté,  le civisme, la fraternité, et qui permettent de vivre en harmonie dans la société ?

Bien évidemment,  tout le monde n’était pas beau, tout le monde  n’était pas gentil, parce que chaque règle a des exceptions,  mais  de nos jours, il n’y a plus de repères,  plus de limites entre le mal et   le bien.  Les valeurs  civiques et citoyennes  sont en recul, et les scènes de l’incivisme prennent des dimensions préoccupantes.

Aucun domaine n’en est exempt.

Sur les routes, les règles les plus élémentaires du code de la route ne sont pas respectées, à savoir les priorités,  les limitations de vitesse,  les feux de signalisation etc , à  tel point que conduire relève du cauchemar.

L’espace public est squatté par les ferrachas, les terrasses des cafés, par les voitures stationnant n’importe comment,  il est sali par les crachats, l’urine, les matières fécales et les détritus de toutes sortes.

Les transports en commun sont sauvagement saccagés par des délinquants, et les personnes âgées, ou  handicapées et les femmes enceintes n’y trouvent aucune considération.

Quant à la resquille, elle est devenue une norme , que ce soit dans les administrations,  devant les guichets, ou dans les  magasins. Du harcèlement,  n’en parlons pas.

Toutes les femmes en souffrent pour peu que Dame Nature les ait dotées de jolis attributs. L’incivisme n’est pas inhérent à une classe sociale donnée. On peut voir un automobiliste roulant en 4/4 de luxe jeter des déchets sur la route par dessus la vitre de sa voiture comme on peut voir un autre individu lambda cracher, uriner, détruire l’environnement ou arracher les sièges dans les gradins des stades.

Les multiples visages de ce fléau peuplent notre paysage quotidien, et il relèverait du miracle de voir un jeune prêter main forte à une personne âgée ou aveugle pour lui faire traverser la chaussée,  ou l’aider à porter son lourd panier.

Il est devenu habituel de voir dans nos écoles publiques des élèves agresser leurs enseignants ou saccager le mobilier des classes, comme il est devenu tout à fait  normal d’être heurtés par des passants dans la rue sans qu’ils demandent des excuses.

Ce ne sont là que quelques exemples des conduites outrancières et outrageantes qui heurtent notre ouïe et nos yeux quotidiennement parce que nos villes sont devenues violentes et inhospitalières , où chaque individu méprise toutes les règles et toutes les conventions sociales et où le manque de respect  envers les autres est devenu une normalité.

 

Comment en sommes- nous arrivés là? Pourquoi l’individualisme a- t-il pris le pas sur l’intérêt public?

Est-ce la faute aux parents qui ont démissionné de leur rôle d’éducateurs? Est- ce la faute à l’école qui n’inculque plus les notions élémentaires du civisme et du patriotisme et les codes indispensables pour le bien vivre en société?

Que nous reste-t-il quand les valeurs qui nous guident au sein de la société sont anéanties ?

Et jusqu’à quand allons nous laisser la situation empirer?

http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/01/incivilitéq-3.jpg?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/01/incivilitéq-3.jpg?resize=150%2C150adminsLibre OpinionPar: Khadija Benerhziel Il était une fois la société marocaine,  une société où régnaient la politesse, le « swab » (la bienséance), le bon vivre ensemble en toute convivialité. Une société où les jeunes respectaient les plus âgés, ne harcelaient pas les femmes ouvertement en public, où personne n'osait jeter ses déchets dans...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires