L’IMPORTANCE DES CONCEPTS EN HISTOIRE.

cité.portugaise33

Par: M’Hammed Beddari   beddari1

L’Historien, en travaillant, sur tout ce qui porte les traces de l’homme, pour produire le savoir Historique, ne nous livre pas les faits tirés de ces traces, à l’état brut, il les rationalise, les synthétise. Bref, il utilise des concepts.

Quelle est la nature de ces concepts? Quelle est le niveau de leur validité ?

Parmi ces outils indispensables au travail de l’Historien, il y a des concepts universels. Comme leur nom l’indique, ils concernent tous les êtres humains, tous les environnements sociaux, ainsi que toutes les époques. Ces concepts tels que :la vie, la mort, l’homme…sont hétérogènes, les uns sont issus des sciences de la nature, d’autres proviennent des sciences humaines. La légitimité, ainsi que la validité de ces concepts dépendent de la science qui les a produites, l’exemple le plus significatif qui étaye ce point, est le concept de « complexe d’Oedipe »

Il est évident que l’Historien reste dépendant de l’environnement social où il a vécu, et ses outils de réflexion en restent tributaires. Quelquefois, il traite le passé humain, en croyant utiliser des concepts universels, or, il n’arrive pas à se détacher du carcan de son environnement, d’où le risque de l’anachronisme. En fait, le va et vient constant de l’Historien, entre le présent et le passé, le rend très attentif au risque de cette dernière dérive, et capable de maîtriser les nuances.

L’utilisation des concepts universels, démontre que le savoir Historique, reste étroitement lié, au progrès réalisé par les autres sciences, et le degré de précision atteint par Celles-ci. Chose inimaginable par les Historiens positivistes, qui, au 19ème siècle, faisaient de l’objectif de la scientificité de l’Histoire, un combat des seuls Historiens.

Autres concepts utilisés par les Historiens, ceux que l’on peut appeler techniques, qui se caractérisent par une utilisation très restreinte, car, ils dépendent du milieu civilisationnel, dont ils sont issus, et par conséquent, leur sens particulier en dépend. La validité par exemple, du concept « praticien » dépend du sens que le Romain lui en donnait.

Dernier genre de concepts, celui, dont la première formulation théorique, revient à Max Weber, et l’utilisation pratique, elle, était l’apanage de l’Historien coolige. Il s’agit du concept de l’idéal type. En cernant par exemple, les caractéristiques et les particularités de la cité antique, en tant qu’idéal type, à travers l’étude des différentes constitutions des cités Grecques et Romaines, Coolige part à la recherche, dans les investigations Historiques qu’il a entrepris, des similitudes ou les différences, qui existent entre les cas étudiés et l’idéal type, les analogies, ne seraient ce que partielles ou les différences totales.

Ceci a constitué une véritable avancée dans la recherche Historique, bien que le risque de trouver cet idéal type un peu partout, existe, ca r,les gens ont tendance à surestimer les idées qu’ils détiennent, ce qui conduirait à la défiguration du passé. Chose facilement vérifiable, dans l’utilisation abusive toute récente, du concept de « classe sociale « que certains Historiens en voient un peu partout, dans les sociétés précapitalistes, écrivant ainsi, une Histoire qui n’existe que dans leurs têtes.

Related posts

Leave a Comment