accident 10

Par: Khadija Benerhziel

Des accidents tragiques continuent de couvrir de sang le bitume de nos routes. En un intervalle de temps très court, entre le vendredi 22 mars et le dimanche 24 mars,  4 graves accidents ont généré 4 morts et plusieurs blessés dans un état critique entre El jadida et ses environs. La recrudescence des accidents mortels ne semble pas décélérer dans notre pays, et chaque jour nous apporte son triste lot d’accidents tragiques qui font que le Maroc détient malheureusement un triste record. A croire qu’on est devant les conséquences d’une guerre civile qui provoque des ravages dans les vies humaines.

Plusieurs facteurs sont à  l’origine du nombre effarant des accidents constatés sur les routes marocaines, à savoir, l’état du réseau routier national, où les routes sont minées par de nombreux nids de poule,  la vétusté du parc automobile composé de taxis, de cars et de voitures dans un état avancé de dégradation et qui constituent de véritables tombeaux qui circulent encore. Il faut aussi inclure l’omission de la ceinture de sécurité qui est  un facteur important dans la cause des accidents. A signaler une autre cause et pas des moindres, c’est l’existence de la corruption à plusieurs niveaux, dont celle qui permet et pardonne l’impunité à certaines infractions moyennant des billets bleus, et celle constatée à la délivrance des permis de conduire, et à ce propos, il est à noter que des pratiques malsaines sont devenues le maître-mot  dans les examents d’obtention du permis de conduire ou plutôt du permis de tuer. Le moniteur est l’intermédiaire entre les examinateurs et le candidat au permis. Il leur fait signe que ce dernier a payé le pot-de-vin,  et donc de lui permettre d’obtenir le fameux document. Du temoignage de plusieurs personnes qui ont été les victimes de cet état de fait à El jadida, le moniteur leur dit qu’il leur suffit juste de réussir à l’examen théorique des règles du code, pour l’examen pratique il leur demande de déposer 300 dh dans le dossier ( 3tiw 3lih ghir k’hiwa dial 300 dh o hantoma najhin) , sinon, le contrôleur ne les lâchera pas pendant la dawra charafiya ( tour d’honneur), et les fera échouer volontairement. Avec ce pot-de-vin de 300 dh ( ma dawe ma jabou, qui ne représentent rien),  le candidat aura pour prime d’autres facilités à l’examen à condition qu’il ne touche pas les poteaux, faute  » grave  » que ne lui pardonneraient pas les ingénieurs préposés à l’examen… C’est le bouquet…

Mais il reste clair que l’élément humain est le plus déterminant par des agissements dangereux, tels les excès de vitesse qui démontrent un manque flagrant de citoyenneté, chacun voulant arriver plus vite à destination sans tenir compte de la sécurité d’autrui ,les arrêts intempestifs sans signalisation préalable, les traversées n’importe comment, les doublages, la conduite en état d’ébriété.. la somnolence la négligence…,bref, des comportements qui défient non seulement les règles du code de la route mais transgressent également les règles du bon sens, et qui engendrent des drames, des problèmes socio-économiques, des problèmes de santé publique. Et si l’on ne s’attaque pas à ce fléau par l’éradication de la corruption et par l’éducation des mentalités entre autres, l’hécatombe ne sera pas jugulée de si tôt..

http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2016/07/accident.sidibennour.jpg?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2016/07/accident.sidibennour.jpg?resize=150%2C150adminsArrêt Sur ImagePar: Khadija Benerhziel Des accidents tragiques continuent de couvrir de sang le bitume de nos routes. En un intervalle de temps très court, entre le vendredi 22 mars et le dimanche 24 mars,  4 graves accidents ont généré 4 morts et plusieurs blessés dans un état critique entre El jadida...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires