Les plages d’El-Jadida et Sidi Bouzid, victimes de politiciens tarés, d’affairistes sans honneur et de fonctionnaires arrivistes

sidibouzid4

eljadidascoop

A peine  l’été a-t-il pointé son nez, que nos plages ont été totalement squattées par Jets-Skis, Quads, parasols, chaises, tables…

Mais aujourd’hui et plus que jamais, les plages publiques doivent être rendues …au public. Et toute installation du genre à l’effet de les louer, doit être  catégoriquement interdite.

Permettre aux Jets-Skis et aux Quads d’être loués et à pouvoir slalomer entre, respectivement, les baigneurs du jour et les promeneurs du soir est le moins que l’on puisse dire, une aberration et un flagrant mépris du « citoyen ».

Quant au reste, les estivants peuvent utiliser leurs  équipements sans être pris à partie par « les loueurs » de parasols… parce que c’est de cela qu’il s’agit.

C es «  loueurs » qui ont créé ce commerce au fil du temps auraient pu être tolérés encore, voire reconnus par le règlement du commerce s’ils s’étaient contentés de louer aux estivants qui en exprimeraient le souhait et sans pour autant s’accaparer d’un espace publique qu’ils rendaient privé, alors que la loi l’interdit. .

 Parce qu’il y aurait toujours des estivants qui aimeraient trouver sur place parasols et chaises sans s’en encombrer.

Quoi qu’il en soit les plages publiques doivent retourner au public.

Une usurpation irresponsable et incivique mal considérée par de nombreux estivants qui voient d’un mauvais œil certaines décisions (voire manque de décisions) prises à des fins électoralistes (voire contre monnaie sonnante et trébuchante). 

«La plage appartient à tout le monde. Les estivants sont égaux et ont ainsi les mêmes droits. Rien ne justifie dés lors, que l’on squatte une grande partie de la plage et de la réserver  à une certaine catégorie d’estivants tout en privant d’autres», s’indigne un vacancier marocain résidant à l’étranger. Il est à signaler qu’aucun parmi la mafia qui tire profit de ce commerce estival, n’a contribué, ni de près ni de loin à l’amélioration et à l’entretien des structures d’accueil et des services de base de la plage, encore moins au nettoyage du sable».

Et M. Mouâd Jamiî, gouverneur de cette ville, qu’en pense –t-il de toute cette anarchie voulue, puisque certains en tirent  tout simplement profit ?

jdi.plage556

 

 

Related posts

Leave a Comment