Les bienfaits du Covid-19 sur l’enseignement public marocain

Connu pour ses classes bondées  de 40, voire 50 élèves et plus par classe, l’enseignement public marocain est entrain, et pour la première fois de son histoire, de tourner avec des classes de 15-18 élèves.

Une excellente nouvelle et une prouesse pour laquelle il faudra remercier le Covid-19 pour avoir fini par convaincre   notre ministre de l’enseignement, qu’une telle prise de décision, est tout à fait possible dans l’enseignement public marocain.

Il faut dire que depuis le  début de cette   année scolaire, les enseignants  contrôlent mieux leurs classes et  prodiguent un enseignement de meilleure qualité. Les élèves parviennent à mieux assimiler les cours que les années précédentes et tout le monde, parents compris, ne tarissent plus d’éloges à l’encontre de cet enseignement présentiel où le nombre d’élèves ne dépasse, presque jamais, la vingtaine d’élèves.

La question que tout le monde se pose, est de savoir pourquoi cet enseignement, avec un nombre réduit d’élèves par classe, ne soit pas maintenu au-delà du Covid, afin que nos classes ne reviennent plus jamais au taux de remplissage d’avant Covid.

El Jadida Scoop

Related posts

4 Thoughts to “Les bienfaits du Covid-19 sur l’enseignement public marocain”

  1. Alain

    Des classes de 15 à 20 élèves, enseignants et parents en ont rêvé. Mais quid des 30 élèves restés sur le carreau ? Suivent-ils les cours en vidéo ou y-a-t-il eu des dédoublements de classes avec des professeurs en renfort ? Parce que ceux qui sont censés suivre les cours en vidéo, je doute que le résultat soit probant. En France, lors de la « première vague » covid, l’enseignement s’est d’abord déroulé en vidéo. Résultat : un décrochage et une accentuation des inégalités entre ceux dont les parents possédaient le matériel informatique et ceux qui ne pouvaient les acquérir. Il est vrai que l’enseignant fait un meilleur travail avec des classes à 15/20 élèves, ce qui suppose plus d’enseignants. Je reste dubitatif sur les résultats qui sortira de tout ça.

    1. enseignant

      Les élèves suivent les cours en 2 groupes de 15/20…de 8h30 à 13h ou de 14h30 à 19h….Le distanciel a été pratiquement rejeté par la majorité des élèves/parents. Mais des enseignants ont été mobilisés pour donner des cours à cette catégorie aussi….Certes, à chaque méthode on peut trouver des failles. Mais personne n’a le choix et tout le monde espère traverser le Covid à moindre mal.

      1. Alain

        Merci pour votre réponse qui éclaire sur la façon dont a été résolu le problème au Maroc. Encore une fois, il faut souligner le dévouement des enseignants qui, eux aussi, sont en « première ligne ».

  2. Majdi

    Nous oublions dans tout cela , les petites villes, les villages lointains… Ils sont négligés, marginalisés…Les élèves n’ont pas les moyens de suivre même les cours diffusés sur nos chaînes TV. Les enseignants ont quitté le lieu de leur travail, pour rentrer chez eux, puisque la majorité n’est pas de la région. Le distanciel ? Ils ne savent pas ce que c’est ! Faute de moyens.. .de réseau…

Leave a Comment