enfant1

Par: Khadija Benerhziel

Charles Aznavour chantait dans sa célèbre chanson « la bohème »: « je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître ».  Parodions un peu en disant que même les plus de trente ans n’ont pas non plus été les témoins de la tranche de vie où leurs aînés jouaient à des jeux qui leur sont totalement inconnus.

Ces jeux qui ont marqué notre enfance  sont très nombreux et emprunts d’une douce nostalgie . Riches et éducatifs s’il en est, ils ont été pratiqués aussi bien par les filles que par les garçons,  dans les ruelles de toutes nos villes.

enfant2A El Jadida, et du plus loin que je me souvienne, à combien de ces jeux nous adonnions – nous pendant les récréations, les vacances scolaires et pendant les weekends,  et qui représentaient des sources de joie, de socialisation, d’insouciance et de développement de notre imagination.

En effet, que ce soit la marelle, le saute-mouton , les poupées, les osselets, les billes, la toupie, le cerceau, le saut à la corde,  délivré ou cache cache, tous ces jeux avaient des vertus certaines pour l’éveil de la créativité,  la rapidité des réflexes et la stimulation de l’attention et de la concentration , ainsi que le développement physique et moteur.

C’est ainsi que nous les filles on jouait à la marelle qui consistait à tracer au charbon ou à la craie , des cases sur le sol, sur lesquelles on jetait tour à tour une boîte ou un galet, ensuite, on sautillait à cloche pied en évitant de mettre les pieds sur la case pleine ou sur les lignes des cases.

Les plus âgées jouaient au cerceau , qu’elles faisaient tourner autour de leurs tailles le plus longtemps possible.enfant

On sautait à la corde à pieds joints en la faisant passer par dessus nos têtes et devant nous, et cela sans s’entremêler les pieds, sinon on remplaçait l’une des filles qui faisait tourner la corde. Et ça c’était un vrai  sport. On jouait également à la ronde  , tout en chantant certaines comptines comme :  » à la ronde des muets, sans rire et sans parler , la première qui rira au piquet ira », ou tikchbila tiwliwla , dont on ne comprenait nullement le sens des paroles, ce n’est que maintenant que l’on vient de connaitre l’origine de cette fameuse chanson.

Avec les poupées,  on jouait au malade et au médecin et à d’autres histoires oú l’imagination allait bon train.

Cette dernière se développait aussi au jeu de la « khaylota » de l’Aid el Kebir, avec des ustensiles de cuisine miniature.

Il y avait aussi le jeu des osselets ou des petits cailloux , avec lesquels on jouait sur les perrons de nos maisons, oú la  championne (ou le champion)   était celle qui réussissait à en  ramasser plusieurs en même temps tout en rattrapant un autre jeté en l’air avant qu’il touche le sol.

Les plus grandes jouaient aussi avec les scoubidous , sortes de fils en plastique en couleurs qu’elles entrelaçaient pour former plusieurs figures , des cœurs, des fleurs, ou juste des barres toutes simples, c’ était à celle qui avait l’imagination la plus fertile qui variait les formes.

On jouait également à la petite balle qu’on faisait passer sous nos jambes en chantant :  » à la balle jolie balle, au ballon joli ballon etc.. » Les garçons avaient aussi un large éventail de jeux comme les toupies , les billes de toutes les couleurs, le ballon,  le cache cache ou le Délivré , 1 2 3 soleil en commun avec les filles, la jante de bicyclette qu’ ils poussaient  avec un bâton, les planches à roulette,  les jeux de cartes , les sifflets fabriqués avec les noyaux d’abricot.

Avec des riens , on imaginait beaucoup et on construisait nos propres histoires.

Ils jouaient aussi aux indiens et aux cowboys, à la guerre en imitant les héros des bandes dessinées qui étaient très prisées.

Eh oui , il sied de préciser que la lecture occupait une place certaine dans nos distractions, dans la mesure où il n’y avait que la radio et une seule chaîne de télévision .

Les bandes dessinées pour les garçons et les livres de la bibliothèque rose pour les filles ainsi que d’autres romans d’aventure se passaient de main en main et on se les arrachait littéralement .

Ces lectures nourrissaient nos petites cervelles d’une manière considérable.

D’autres jeux de société éducatifs ont peuplé les soirées ou les vacances des générations passées tels le scrabble, le Monopoly, qui créaient vraiment des ambiances conviviales et bon enfant en favorisant la sociabilité et le sentiment d’unité entre les enfants et leurs familles.

Tous ces jeux donc incitaient les enfants à jouer ensemble,  à se faire plus facilement des amis quels que soient leur âge,  leur sexe ou leur religion , ils avaient le charme de la convivialité gratuite et spontanée.

Aujourd’hui avec les progrès technologiques et la déferlante des jeux vidéo,  et des gadgets électroniques, ,  les enfants restent confinés la plupart du temps chez eux , cloués devant l’écran de la télévision ou de  l’ordinateur .Tablettes, consoles, smartphones et j’en

Passe,  ont presque tué leur imagination qui est de moins en moins sollicitée  ou stimulée,  ils n’inventent plus leurs propres histoires.

Par ailleurs, le fait d’être tout le temps devant les, écrans risque de créer des problèmes de concentration, d’isolement, ainsi que des changements de comportement, soit violence, soit dénuement de toute forme d’empathie envers les autres.

Les parents sont devenus démissionnaires  de leur rôle et laissent leurs progénitures abandonnées à elles-mêmes, sans qu’ils s’impliquent dans leurs activités ludiques. Sommes-nous en train de nous acheminer vers le règne de l’Homo cretinus, un être déshumanisé, abruti, et asocial, si les choses continuent d’évoluer ainsi?

enfants-jeu

http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/11/enfant1.jpg?fit=1024%2C1024http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/11/enfant1.jpg?resize=150%2C150adminsLibre OpinionPar: Khadija Benerhziel Charles Aznavour chantait dans sa célèbre chanson 'la bohème': 'je vous parle d'un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître'.  Parodions un peu en disant que même les plus de trente ans n'ont pas non plus été les témoins de la tranche de...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires