Par: Alain Degans    degans2

 


 

Qui plus que M. Khalid Idrissi Kaitouni était en mesure de dresser l’état de l’économie marocaine après une décennie d’un effort soutenu de l’Etat afin de donner au Royaume les infrastructures indispensables au développement ?

 

Le Directeur du département « appui aux investissements et aux créations d’entreprise » de la Chambre Française du Commerce et de l’Industrie au Maroc, est à la fois un acteur et un observateur de la vie des entreprises et de l’économie.

 

Devant un auditoire attentif, constitué essentiellement des étudiants de l’Ecole Nationale de Commerce et Gestion (ENCG) de la rue de Fès, hôte de la manifestation, il s’efforça à maintenir son exposé dense dans un schéma concret après avoir été accueilli par la directrice de l’Ecole et Damien Heurtise, le directeur de l’Institut français.

 

 

Dans une première partie, M. Khalid Idrissi Kaitouni, dressa, chiffres à l’appui, l’évolution de l’économie marocaine et mit l’accent sur la prise de conscience des politiques dès 1997 sur les efforts à consentir en matière d’investissements structurels massifs, clé d’une évolution économique favorable. Il fallut concevoir un plan d’ensemble décliné en stratégies sectorielles afin de :
 construire des routes (1800 km ouvertes à la circulation à fin 2016) et autoroutes (passer de la construction de 40 km/an à 160 km en 10 ans)
 développer les infrastructures aéroportuaires afin d’ouvrir le Maroc au monde (15 aéroports internationaux, 32 liaisons quotidiennes avec l’Europe dont 18 avec la France), construire ou réaménager des ports (9 ports commerciaux), réaliser Tanger Med et ses 3 ports (3 millions de conteners, 1,8 millions de passagers). C’est parce que Tanger Med est devenu une réalité que Renault a développer ses activités au Maroc.
 construire 2200 km de lignes ferroviaires simples, 600 km de voies doubles et réaliser la liaison TGV Tanger-Casa (effective en 2018) pour 15 millions de passagers en 2015.
 réaliser des télécommunications aux normes internationales avec 3 opérateurs privés : Maroc-Télécom, Orange et Inwi (43 millions d’abonnés GSM, 10 millions pour l’internet), la 4G opérationnelle depuis 2015, générant 58 000 emplois et 7 % du PIB national.

 

Il fallut également  moderniser les secteurs existants à l’image de l’agriculture et la pêche en partenariat avec le privé.

 

 

La massification des investissements structurels a fini par attirer de nouveaux investisseurs sur des secteurs innovants :
 les énergies renouvelables : hydrauliques mais également solaires et voltaïques plaçant le pays en tête en ce domaine
 l’aéronautique
 la logistique
 la construction automobile

 

Le conférencier aborda également la nécessité qui est vite apparue de réaliser le plan numérique 2020 en cours et qui contribue à la simplification administrative. Il ne cacha d’ailleurs pas les réalisations, réussites comme échecs.

 

Un effort impressionnant a du être consenti en matière de formation afin de placer les ouvriers et ingénieurs marocains en situation de réussite.

 

M. Khalid Idrissi Kaitouni aborda également les perspectives économiques en matière de tourisme (2ème contributeur au PIB ; 2ème créateur d’emplois : 10,17 millions de touristes en 2015 avec un objectif de 20 millions en 2020).

 

Le climat des affaires est conforté par le fait que le droit des affaires est similaire au droit des affaires français, ce qui facilite les relations internationales. De plus, les investissements sont libres, nets d’impôt et librement rapatriables.

 

Dans un dernier volet de son intervention, le conférencier s’évertua à nous présenter la Chambre française du Commerce et de l’Industrie au Maroc, les appuis aux entreprises petites ou grandes, l’accompagnement aux start-up et à l’autoentreprenariat.

 

Première réussie pour l’Institut français dans un domaine que l’on ne pensait pas être sien : l’économie. Cette conférence constitue la première d’un série de trois qui voit l’Institut s’associer à une grand école jdidie.
http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/09/degans.jpg?fit=1024%2C1024http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/09/degans.jpg?resize=150%2C150adminsArrêt Sur ImagePar: Alain Degans         Qui plus que M. Khalid Idrissi Kaitouni était en mesure de dresser l'état de l'économie marocaine après une décennie d'un effort soutenu de l'Etat afin de donner au Royaume les infrastructures indispensables au développement ?   Le Directeur du département 'appui aux investissements et aux créations d'entreprise' de...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires