TRAC

La prise de parole en public est, à coup sûr, une épreuve redoutable pour tout intervenant. Le mal ravageur qu’elle engendre porte bien son nom : le trac. C’est une sorte de panne qui paralyse une machine faite pourtant de diplômes, d’expériences professionnelles et censée fonctionner parfaitement. Quand elle en est affectée, des fonctions vitales au discours abandonnent lâchement leur sujet. Sa vue devient trouble, sa mémoire se vide, sa langue se raidit et la situation devient tragique.
Le trac est un mal obstiné et pervers. S’il épargne systématiquement les harangueurs et les démagogues, les gens qui parlent sciemment pour ne rien dire, il assaille, par contre, parfois, ceux qui affrontent des auditoires qui attendent et exigent des performances. Jean Vilar (Homme de théâtre et de spectacle français, 1921-1971) disait un jour à une jeune comédienne qui se vantait devant lui d’ignorer le trac : « Le jour où vous aurez du talent, vous le découvrirez ».
Je suis enseignant, formateur, conférencier et associatif. Mon métier est une prise de parole permanente. J’écoute les gens et les gens m’écoutent. Pourtant, je ne me suis jamais entièrement défait du trac. J’ai seulement appris à le dissimuler, à lui donner des formes et des dimensions que je contrôle. Je crois même que les orateurs qui me fascinent le plus sont ceux qui dissimulent le mieux ce handicap. Pour les artistes qui montent sur scène, on éteint les lumières dans les salles. Moi, quand je me mets devant un pupitre, je ne fixe qu’un visage à la fois et quand je sens que ce visage se lasse de moi, je cherche un autre et je le fixe. Je crois que si j’étais ministre ou parlementaire, je procéderais de cette manière les jours où j’aurais des choses intéressantes à communiquer. Dans le cas contraire, je n’aurais évidemment pas le trac.


Ahmed BENHIMA (EL JADIDA SCOOP)

http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/05/TRAC.jpg?fit=1024%2C1024http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/05/TRAC.jpg?resize=150%2C150adminsLibre Opinion    La prise de parole en public est, à coup sûr, une épreuve redoutable pour tout intervenant. Le mal ravageur qu’elle engendre porte bien son nom : le trac. C’est une sorte de panne qui paralyse une machine faite pourtant de diplômes, d’expériences professionnelles et censée fonctionner parfaitement. Quand elle...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires